Chapitre 1: le messager | 404factory

Chapitre 1: le messager

Arial était une petite fille monstre. Elle était très jolie; elle avait une sublime coupe au carré blanche, n'avait que des os pour corps et était très petite pour ces 13 ans ce qui la rendait très mignonne. Elle vivait avec son père, Oswald et sa mère, Lora. Ils vivaient paisiblement dans leur petite maison qui ressemblait à vrai dire plus à une chaumière. Ils y étaient heureux et c’était la seule chose qui comptait. Ils vivaient dans un village de la section récolte; elle s’occupait d’approvisionner toutes les autres sections en nourriture organique: la section des inventeurs, des chasseurs, des sages et bien sûr des guerriers. Chaque sections avaient un rôle spécifique qui était primordial pour que le royaume prospère. Mais un beau matin, alors que les parents de Arial étaient parti travailler, celle-ci entendit des cris. Elle se réveilla d’un coup et alla voir; des villageois furieux étaient réunis sur la place. Il semblaient tous regarder quelque chose. Arial décida donc d’aller voir.

 Un guerrier humain était devant eux sur son cheval et annonçant à tout les habitants: "Le roi humain m’a envoyé, moi, le grand Aidan, le plus intrépide, le plus courageux et surtout le plus beau des guerriers, pour vous annoncer que vous devez quitter cet endroit avant le lendemain car celui-ci est dorénavant sous le contrôle des humains. N’importe quelle personne qui voudra s’opposer à sa volonté sera exécuté et crucifié sur la place publique, ce qui servira d’exemple à tous les petits vauriens qui voudront tenter la même chose.”    

Alors, les villageois commencèrent à crier encore plus fort.

"C'est contre le traité" disaient certains, "Bande de traîtres !!!" disaient d'autres. Soudain, une silhouette apparut au loin; Arial la connaissait bien, c’était celle de son père.

  - Stop!

Les villageois se turent.

  - Je veux parler seul à seul à ce guerrier humain.

Alors comme par magie, tous les villageois rentrèrent chez eux. Ce n’était pas pour rien que son père avait été nommé chef de la section; son autorité et son intelligence lui avait même permis d’impressionner le roi lors de sa visite annuelle du royaume. Il lui avait proposé de devenir son bras droit pour qu’ils puissent ensemble régner encore plus efficacement sur le royaume des monstres. Mais celui-ci avait refusé; il avait dit que la seule chose qu’il désirait, c’était de rester auprès de sa famille. Cela ne plu pas du tout au roi qui était reparti aussitôt. Arial s’étant cachée derrière le mur d’une maison écoutait toute la discussion.

  - Qu’est ce que vous faites là? disait son père. Vous vous êtes perdu ?

  - Allons mon cher Oswald, ce n’ est pas comme cela qu’on accueille un vieil ami, dit l’humain. 

Arial n’en revenait pas; comment son père avait-il pu devenir ami avec un humain? C’était contraire à la loi. Elle écouta encore plus attentivement:

  - Toi, mon ami ? Sale traître ! Tu as déjà détruit ma vie une fois mais je ne te laisserai pas recommencer, dit-il, visiblement très énervé.

Alors, son oeil droit changea de couleur. Il était maintenant d'un vert profond, éclatant et menaçant à la fois. C'était mauvais signe; les seuls moment où il faisait cela, c’était soit quand il était très énervé ou bien quand il allait utiliser sa magie mais là, ça ressemblait plutôt à un mélange des deux. 

  - Je pensais qu’on aurait pu faire un marché de manière civilisée sans aucuns blessés mais bon, si tu insistes, dit le guerrier d'un air agacé.

Et à ce moment là, Aidan sortit un bouclier et une énorme épée, prêt à se battre. La petite fille voulu les en empêcher mais c’était trop tard.

Le combat éclata. Son père utilisait la magie comme tout les monstres mais il avait un niveau beaucoup plus élevé que la moyenne. Son adversaire par contre n’utilisait que sa force et son agilité pour asséner et esquiver les coups. C’était normal car de ce que son père lui avait raconté, seul quelques humains étaient aptes à utiliser la magie. On les appelait “les élus” . Ce n’était qu’une légende mais d’après les livres, d’anciens sages monstres leurs avaient partagés ces connaissances lorsque les deux peuples vivaient encore en harmonie, il y a fort longtemps mais seul une infime partie était capable de l’utiliser de manière efficace. Pendant qu’elle réfléchissait à cela, son père et Aidan se livrait une lutte sans merci; on voyait des laser, des os et toutes sortes de magies qui était propre au squelettes. Aidan, lui, esquivait tous les projectiles puis, courant à toute allure en direction du père d’ Arial, il brandit son épée. Oswald essaya de le stopper mais en vain. Arial couru vers lui et cria mais elle ne fut pas assez rapide et l’humain planta son épée dans le coeur de son père. La petite fille s’écroula en sanglot, ce qui attira l’attention d’Aidan.

  - C’est bien toi sa fille n’est-ce pas?

Arial ne répondit pas.

  - Ton père est mort en exemple, tu devrais être fier de lui.

  - Sale traître !, dit-elle folle de rage. Vous ne méritez même pas d’exister!

  - Tu vas payer pour ton insolence !, dit Aidan d’un ton très colérique.

Arial s’enfuit, courant en direction de sa maison. Elle voulait parler de ce qui c’était passé à sa mère mais elle n’était toujours pas rentrée. Prise de panique, elle écrit un mot pour lui raconter tout cela. Elle couru dans sa chambre, prépara ses affaires et ouvra la porte mais Aidan attendait juste devant elle.

  - Alors, on voulait s’échapper à ce que je vois ?

  - Laissez moi tranquille et ne revenez jamais ici !

  - Je ne te laisserais pas partir gamine! 

  - Je ne suis pas une gamine! dit-elle furieusement.

A ce moment là, son oeil commençait à briller quand la terre trembla et une immense tête de squelette en sortit, prête à envoyer un laser tellement puissant qu’il aurait pu détruire tout le village.

  - Maintenant, poussez-vous de mon chemin, dit-elle d’une voix très grave.

Il recula et dit:

  - Tu as peut-être gagné cette fois mais je te retrouverais et je te jure que tu passeras un sale quart d’heure. 

Après avoir retrouvé tous ses esprits, elle s’enfuit, laissant son village natal derrière elle.


Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme