Chapitre 1 | 404factory
Trinité des Monstres - 3 Le conflit des Âmes

Chapitre 1

                En banlieue parisienne, la nuit venait de totalement tomber quand une voiture aux vitres plus noires que le néant s’arrêta devant un pavillon. À l’intérieur, la passagère tendit son téléphone portable au conducteur qui coupait le moteur. Fixant l’écran, il fronça les sourcils.

                — Donc, c’est confirmé.

— Oui.

— Parfait… On va niquer l’ambiance…

                Le duo sorti de la voiture pour aller frapper à la porte, et un homme d’environ 25 ans aux longs cheveux noirs comme la nuit et au corps musclé ouvrit, un large sourire aux lèvres.

— Nico !

                Les deux frères s’étreignirent avec force pendant presque une minute avant de se dévisager. Le jeune vampire était plus svelte que son meilleur ami, bien que son corps soit parfaitement dessiné, et ses cheveux blonds étaient coupés court, signe qu’il était toujours en apprentissage.

— La vache ce que t’es pâle…

                Un léger sourire aux lèvres, l’intéressé répondit.

— Je ne peux pas vraiment faire d’UV… Je suis venu avec Magdala.

                Le vampire s’écarta, alors que l’Ancienne effectuait une révérence, à laquelle le Lurus coupa court pour la serrer elle aussi dans ses bras. D’abord crispée, la femme finit par se détendre et enlacer le roi. Quand l’étreinte fut terminée, elle le regarda en souriant.

— J’oublie toujours que tu détestes le protocole…

— Il serait plus exact de dire que je lui chie à la gueule à chaque fois que j’en ai l’opportunité…

                Le trio rigola avant que le Changeforme s’écarte.

— Entrez. Je suis venu avec Breena et Brutus, mon père, mon grand-père et Sans-Nom. Elle avait même hâte de vous revoir tous les deux.

                Nicolas posa un regard excessivement sérieux sur son frère.

— Avant, je dois te parler de quelque chose… Je vais avoir besoin de ton aide… Nous avons un…

— Je sais déjà. Un Lurus qui tue au hasard dans Montpellier. Je ne sais pas ce que les Âmes Blanches en pensent, mais pour nous c’est un ado qui ignore son état… L’Inquisition a quelques infos aussi, et on en parlait autour d’un rosé sur la terrasse. Donc je répète, entrez vous joindre à nous.

                Arthur guida le duo quelque peu crispé jusque sur la terrasse où il clama.

— Alphonse, Hippolyte, permettez-moi de vous présenter mon frère, Nicolas Granderoche, notre ambassadeur chez les Âmes Blanches, et Marie de Magdala, leur cheffe.

                Le couple d’humains se leva en souriant et s’approcha de ses nouveaux convives avec enthousiasme, entrainant ainsi des présentations qui se firent plus personnelles. Quelques heures plus tard, autour d’un bon repas, les parties en présence débattaient de leur cible et de la conduite à adopter, quand Hippolyte trancha.

— On ne va pas en parler pendant des heures. Que ce soit un Lurus qui s’ignore ou un assassin en puissance, il faut intervenir ! Comme c’est le secteur de la cite Âme Blanche, il parait normal que ceux-ci aient leur mot à dire. Vu que c’est un Lurus, Arthur doit en être. Et enfin, Alphonse a reçu un ordre de mission. Donc, les trois grandes races seront de la partie.

                Arthur rigola avant de répondre.

— Trois races, trois types de monstres, le Triforce des Monstres.

                Marie le corrigea.

— En respectant les croyances majoritaires ici, je propose que nous baptisions cette amitié naissante la Trinité des Monstres.

                Le groupe échangea de nombreux regards avant d’acquiescer collectivement. Une nouvelle alliance pour vaincre Défos venait de voir le jour. Sans-Nom se leva alors de sa chaise, dépassant ainsi difficilement la table, pour proclamer.

— Qu’en ce jour, l’histoire du peuple Changeforme soit gravée dans les mémoires.

                Un immense grimoire à la couverture de cuir usée jusqu’à la trame apparut sur la table dans un volute d’Éther vert, avant de s’ouvrir seul. Les pages tournèrent alors jusqu’à s’arrêter sur la première page vierge disponible, et la Changeforme reprit.

— Je propose que nous joignions tous nos souvenirs ce soir.

                Le groupe opina du chef, et les Fils de Luna, Alphonse, Hippolyte et le Cardinal posèrent tous une main sur le livre. Tournant la tête vers les deux vampires, Arthur leur indiqua l’ouvrage.

— Posez vos mains, ça ne va pas s’écrire tout seul comme par magie… Enfin, si, mais il faut qu’on donne un peu de notre personne.

                Les deux Âmes Blanches échangèrent un regard avant d’imiter les autres convives, et subitement des volutes d’Éther de toutes les couleurs apparurent alors que les mots se formaient sur la page blanche, jusqu’à ce que la création de l’alliance soit dument retranscrite. Quand chacun eut retiré sa main, le livre se referma tout seul avant de disparaitre comme il était apparu, et le repas reprit son cours.

                Une cuisse de poulet dans chaque main, Brutus Golbar se tourna vers Nicolas.

— Alors, comment ça se passe chez les Âmes Blanches ? Vous faites la java comme chez nous ?

                Le vampire haussa les sourcils.

— J’essaie de les remuer, mais il faut bien admettre qu’ils sont moins épicuriens et fêtards que vous…

                Marie se déporta pour être visible du guerrier.

— Pour tout vous dire, Seigneur Brutus, nous craignons qu’en vivant en épicuriens nous puissions laisser Défos nous atteindre. Alors nous essayons au maximum de mener une vie pieuse et dévouée à la paix intérieure et aux études sous toutes leurs formes.

                Le Lurus dévisagea l’Ancienne et le jeune vampire à de nombreuses reprises, essayant de savoir s’ils étaient sérieux, avant de murmurer à l’attention de son acolyte.

— Je suis désolé pour toi…

                Nicolas soupira avant de répondre.

— Il y a des points positifs, malgré tout… Je me suis porté volontaire pour un test de résistance et une étude sur l’accoutumance, dans le but de pouvoir combattre à vos côtés.

                La bouche pleine de poulet, le colosse s’exclama.

— Mais voilà qui est très bien. Et en quoi ça consiste ?

                Le visage de Nicolas s’étira.

— Je bois quotidiennement du sang de Changeforme, jusqu’à la Frénésie, afin d’y augmenter ma résistance.

                Toutes les conversations cessèrent alors que les têtes se tournaient vers lui. Arthur eut un peu de mal à s’exprimer avant de réussir à demander.

— Tu fais quoi ?

— Avec la participation de vos sages, on étudie l’accoutumance possible d’un organisme de vampire au sang de Changeforme. L’idée est de pouvoir se nourrir en mission. Votre état compenserait vite la perte de sang, et nous n’aurions plus besoin de chasser ou de transporter des vivres.

                Tous analysèrent la révélation, jusqu’à ce que Sans-Nom opine du chef.

— L’idée est bonne, et si vous avez des volontaires, alors c’est parfait. Deviens-tu résistant aux effets de notre sang ?

 — Je tiens trois gorgées avant d’être sur le fil du rasoir. La quatrième me fait basculer. En moyenne.

— En moyenne ?

                Marie intervint.

— Nous avons réalisé que selon l’Éther présent dans votre sang, la Frénésie sera plus ou moins tardive. Nous pensons que c’est lié à la malédiction de Défos jetée par la Grande Mère après le meurtre de Luna. L’Éther est ce qui nous rend fous.

                Nicolas enchaîna.

— Ce qui est bien dommage… Non seulement il décuple mes capacités physiques et mes aptitudes au contrôle du Mana, mais en plus j’arrive à donner de petits ordres à l’Éther quand j’en suis bien rempli.

                Vortigern fronça les sourcils.

— Tu es en train de nous expliquer que si vous pouviez contrôler l’arrivée de la Frénésie et vous repaitre librement de notre sang, vous pourriez vraisemblablement manipuler l’Éther comme nous ?

— C’est tout à fait ça, Grand Ancien Vortigern.

                Vortigern, son fils et son petit-fils joignirent tous trois leurs mains devant leurs bouches en réfléchissant, tandis qu’Hippolyte murmurait.

— Ce serait un avantage considérable au combat…

                Le Cardinal Guilio la coupa.

— Cette information ne doit pas s’ébruiter. Imaginez que la Très Sainte Inquisition ou que les Disciples de Défos l’apprennent… Vos adversaires gagneraient considérablement en force.

                Arthur posa calmement les mains à plat sur la table, les yeux dans le vide.

— Je voudrais que tu continues dans cette voie. Et je tâcherais de te trouver des volontaires. Défos, s’il parvenait à se libérer, se retrouverait face à des guerriers inarrêtables…

                Tournant son visage vers son frère, il reprit.

— Il est même capital que vous avanciez sur ce projet.

                Nicolas lui souria.

— J’étais sûr que tu répondrais ça. À la virgule près. Je te connais par cœur ! Tu es si prévisible.

                Souriant à son tour, Arthur renchérit.

— Bien sûr, tu es mon âme sœur et la femme de ma vie !

                La table se mit à pouffer en imaginant les deux hommes dans un lit, et l’ambiance se détendit enfin un peu.

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de lavoixdusabre
J'adore la photo de couverture
Portrait de Sebastien Carré
Merci, j'ai eu du mal à la trouver, et en plus elle ne correspond pas totalement à ce que je cherchais...
Portrait de Poz
Mais j’ai pas compris : au début il suffisait d’une gorgée de sang de Changeforme pour qu’il pête un câble ?
Portrait de Sebastien Carré
Comme indiqué dans le tome 1 quand Nicolas "mord" Arthur
Portrait de Alice Marin
Bah Bravo ! Moi aussi je les ai imaginé dans un lit !
Portrait de Sebastien Carré
Objectif atteint