Rark le Rouge

Chapitre 1

                Calendrier du renouveau, an 2730. Le commun des mortels dira plutôt que vous êtes en 730 de l’Ère de la Survie. Continent Africain, Sahara, un homme marche dans une tempête de sable, titubant sous les rafales, tachant de maintenir un linge devant son visage, peinant sous le poids de son barda malgré sa carrure d’athlète. Il errait là depuis longtemps, bien plus qu’il ne parvenait à se souvenir, sans but ni itinéraire défini. Écartant délicatement le voile couvrant sa bouche, il porte une paille à ses lèvres et aspire quelques courtes gorgées avant de ranger sa gourde et de reprendre sa marche, sans se rendre compte qu’il tourne en rond. Il s’écoule encore trois heures avant qu’il ne trébuche et ne s’effondre, le visage enfoui dans le sable.

*

                45 ans avant le Calendrier du renouveau, centre de recrutement de la Capitale Eurasienne, Andreìs attendait aux côtés de son ami d’enfance, Armist, que le recruteur les appelle. Quand enfin leurs noms furent donnés, ils se levèrent d’un seul homme et durent se retenir de courir. Dans la foule présente, ils étaient les deux seuls volontaires. Leur accordant à peine un regard, le sous-officier commença à remplir les documents.

                << _ Âges ?

                Andreìs répondit le premier.

_ Dix huit ans, tous les deux.

_ Lettres de convocation ?

_ Nous n’en avons pas.

                Le militaire leva la tête, surpris, et le jeune homme jugea utile d’ajouter, à voix basse, presque honteusement.

_ Nous sommes… Nous sommes volontaire… Monsieur…

                Malgré le bruit ambiant, les mots murmurés claquèrent comme la foudre, et tous se firent silence en les dévisageant. Depuis plus de quarante ans que la Guerre Interstellaire contre l’envahisseur alien durait, les volontaires se sont faits de plus en plus rare, à tel point que depuis plus de vingt ans les gouvernements étaient obligés d’embrigader les hommes en âge de se battre, et ce malgré les progrès que le programme Géno-Amélioration ont entraînés dans le conflit. Aussi, chaque volontaire est considéré comme un héro. Ou un fou. Et ces deux jeunes passaient visiblement pour des fous. Se reprenant, le sous-officier reposa les deux dossiers pour sortir deux nouvelles fiches qu’il commença à remplir. Sur l’entête était écrit « Fiche de volontariat ».

_ Reprenons… Dix huit ans tous les deux. Depuis combien de temps ?

_ Aujourd’hui… Nous sommes nés le même jour…

                Le militaire fixa Andreìs puis Armist qu’il apostropha.

_ Tu ne sais pas parler, toi ?

                Le  jeune homme baissa la tête avant de répondre en se triturant les mains.

_ Si Monsieur… Mais Andreìs… Il manie mieux les mots… Et puis… Il est moins impressionné…

_ Je vois… Des talents spéciaux ?

                Les deux amis échangèrent un regard avant d’interroger le militaire.

_ Quels talents ?

_ Vous êtes psykers ?

                Cette fois-ci, les deux jeunes se regardèrent avec d’immenses sourires sur le visage.

_ Non ! Génétiquement parlant, nous n’avons pas de tare !

_ Pas de diabète, rien ?

_ Rien de rien ! On a même des reliques d’organes déchus.

                Le sous-officier manqua de recracher son café avant de répondre.

_ Quels organes ?

_ On a tous les deux nos deux poumons, nos petits orteils et nos appendicites. Et pour ma part, j’ai deux testicules.

                Andreìs avait lancé cette dernière affirmation avec une grande fierté. Avec l’évolution de l’espèce humaine, l’excès de pollution et l’augmentation de la radioactivité naturelle de la planète, l’Homme avait perdu en fertilité, et son corps avait enlevé ce qui ne lui était plus utile. Les patrimoines « pures » étaient devenus très recherchés, en général pour servir de reproducteurs. L’homme en uniforme reposa son stylo d’une main tremblante qu’il dirigea ensuite vers un poste visiophonique qu’il activa. A l’image, un homme en blouse blanche apparut.

_ Oui. Qu’est-ce que vous voulez, Dos Santos ?

_ Monsieur… J’ai deux volontaires ici…

_ Et alors, qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse ?

                Le militaire déglutit difficilement.

_ Ils… Ce sont des « pures », Monsieur…

                A l’écran, l’homme plissa les sourcils.

_ Vous en êtes sûre ?

_ Ils ont énoncés des éléments que seuls les pures peuvent connaitre… Y en a un qui a deux testicules…

_ Bordel de merde ! J’arrive !

                L’écran s’éteignit, et Andreìs et Armist échangèrent, peu sûres d’avoir compris ce qu’il venait de se passer. Au bout de quelques minutes, un homme de grande stature et vêtu d’une blouse blanche, dépassant surement les deux mètres de haut, arriva en courant dans le hall.

_ Où sont-ils ? Où sont-ils ?

                Les deux jeunes hommes, qui n’avaient pas bougés de là où ils étaient, levèrent la main lentement.

_ On… On est là… Monsieur…

                Le géant le dévisagea, le sourire aux lèvres, comme un enfant qui reçoit un gros cadeau.

_ Venez là ! Suivez-moi !

Passant devant le bureau du sous-officier de l’accueil, il récupéra leurs dossiers sur lesquels il ajouta un tampon. Maintenant, en gros et en rouge, à côté de l’intitulé « Volontaire », apparaissait l’appellation «Géno-modifiable ».


Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de ibrahima kamera
pas mal
Portrait de Sebastien Carré
Je te remercie.
J'espère que la suite te plaira autant
Portrait de Poz
Ça sent la castration
Portrait de lilyanne
ah non pas touche aux volontaires