Chapitre 1 | 404factory
La Légende du Chevalier et de la Sorcière Noire

Chapitre 1

                Les pieds des combattants foulaient la terre avec vitesse et aisance, changeant d’appuis pour attaquer, parer, feinter et esquiver. Les peaux ruisselaient de sueur tandis que les souffles se faisant courts et les poumons brulants, alors que les muscles se tendaient ou se gonflaient et que les corps dansaient dans une lutte mortelle, et qu’à intervalles réguliers deux épées s’entrechoquaient dans une chorégraphie martiale orchestrée et magnifiquement millimétrée.

                Après une dizaine de minutes de cette lutte intense, l’un des deux combattants se glissa sous l’attaque fendue de son adversaire pour lui lancer son épée dans le ventre avant de faire glisser la lame en hurlant de rage, tandis que son adversaire tombait à genoux en se tenant le ventre à deux mains. Tournant sur lui-même pour prendre de l’élan, le vainqueur abattit son arme dans un geste puissant et sec pour s’arrêter au creux du cou et de l’épaule du vaincu tendu comme un arc, avant de rire.

                — On sent que ce passage te faire peur quand même !

— Bien plus que le coup au ventre, oui…

                Se relevant lentement, le mort brossa les genoux de son pantalon en ajoutant.

— Le coup au ventre, si tu te rates, ça me fera un peu mal, mais ça rendra la scène plus crédible. Alors que là, si tu foires ton coup, tu m’éclates en bonne et due forme…

                Le survivant ramassa l’épée en bois qui trainait par terre avant de répondre.

— Contrairement à toi, ça fait six ans que je pratique l’escrime sportive comme ça, je suis plutôt confiant dans mes aptitudes. D’ailleurs, pour quelqu’un qui ne pratique que depuis six mois, tu t’en sors bien, Ludwig.

                L’intéressé, un géant de cent-quatre-vingt-neuf centimètres pour presque cent kilos, tout en muscles secs, aux yeux aussi noirs que ses cheveux, dévisagea son ami de toute sa hauteur avant de répondre.

— Je pensais sincèrement que mon gabarit me donnerait un avantage face à toi, mais tu maitrises bien mieux que moi Danny, je ne fais pas le poids…

                Wallace rigola à son tour en se redressant de son mètre soixante-quinze. Bien plus trapu que son ami, et d’une musculature plus conséquente, il plaqua ses cheveux blonds comme les blés ruisselants de sueur en arrière, faisant ainsi ressortir le bleu profond de ses yeux, et le corrigea.

— Je ne « maitrise » pas. Il y a toujours meilleur que nous. Regardes le dernier tournoi à Provins, je me suis fais sortir en deux tours. Alors certes, j’ai des années d’entrainement derrière moi, et les techniques apprises au boulot me permettent d’ajouter une touche personnelle à mes combats, mais malgré tout je me suis fais sortir en deux tours…

                Ludwig grogna, peu convaincu par l’argumentation, avant de changer de sujet en se dirigeant vers un sac de sport.

— Au fait, tu n’oublies pas que le week-end prochain on va m’acheter une épée pour le spectacle, que j’ai le temps de m’y habituer.

— Ouais, ne t’en fais pas. Et puis je m’en achèterai peut-être une aussi…

                Ludwig dévisagea son ami, surpris, avant de répondre.

— Mais tu en as déjà cinq… Plus une hache, deux boucliers et une hallebarde…

                Wallace haussa les épaules.

— Et alors ? Tu as bien douze maillots de basket et cinq consoles de jeu…

                Ludwig tendit l’index pour répondre, avant de se raviser, ne trouvant rien à objecter, puis ouvrit son sac pour en sortir une bouteille d’eau qu’il vida de moitié avant de reprendre.

— Tu penses qu’on sera prêt pour les représentations ?

                Finissant de boire par petites gorgées à sa gourde, Wallace répondit.

— Bien sûr. Tout comme le reste des chorégraphies. Maintenant, si le reste de la troupe connait son texte, tout ira bien.

— Tu oublies les chanteurs, Danny.

                Wallace haussa les épaules.

— Ils s’en sortiront, je ne m’inquiète pas.

                Ludwig parti d’un rire puissant.

— Et il va de soi que tu ne dis pas ça parce que c’est Céleste qui est aux commandes.

                Le plus petit des deux hommes se mit à rougir tout en se penchant dans son sac avec un air très occupé.

— Je ne vois pas de quoi tu parles…

— Ouais ouais, à d’autres… Quand ‘est-ce que vous cesserez de vous tourner autour à la Ross et Rachel pour vous lancer ?

                Se redressant pour ranger les épées en bois, Wallace bougonna.

— Je persiste, je ne vois pas de quoi tu parles. Maintenant, si tu le permets, au lieu de me faire chier, va te laver, je vais faire ma méditation.

                Ludwig rigola quelques secondes avant de passer son sac à son épaule.

— OK, tu n’oublieras pas de refermer derrière toi ?

— Non, t’inquiète. À demain matin.

— Je te dépose à ton commissariat et je te récupère ?

— Ouaip. Mais le soir, il faudra faire un détour, j’ai peut-être trouvé une voiture.

                Ludwig leva les mains au ciel.

— Alléluia mes frères ! Il va acheter une voiture ! Comme quoi tout peut arriver.

                Wallace attrapa sa bouteille et la lui jeta tandis que le géant rigolait comme un bossu.

— Casse-toi, pauvre con !

— Ouais ouais ! À demain.

                Ludwig s’en alla vers le portail de sortie de la ferme municipale où auraient lieu les représentations tandis que son ami s’asseyait en tailleur à même le sol, les mains posées sur les genoux, en fermant les yeux. Il prit alors trois grandes inspirations, puis calma son souffle lentement, trouvant le rythme naturel de son corps, se focalisant sur les battements de son cœur et les bruits extérieurs, plongeant lentement son esprit dans l’inconscient de l’autohypnose, pour n’en ressortir qu’une vingtaine de minutes plus tard, calme, reposé et ressourcé, l’esprit vide de toute nuisance ou préoccupation.

                Se redressant lentement, il prit son sac et franchit le portail dont il referma le cadenas avant de prendre la route pour rentrer chez lui en enfilant ses écouteurs. Il savait qu’une demi-heure de marche l’attendait, mais il n’en avait cure, cette activité l’avait toujours détendue elle aussi, et ce soir il en avait besoin.

                Lors de la répétition, Céleste, son amie d’enfance et amour caché, lui avait annoncé qu’elle devait lui parler en urgence, et vu le temps qu’elle passait sur son téléphone en ce moment, Wallace redoutait qu’elle ait rencontré quelqu’un.

— Putain, Ludwig, tu ne pouvais pas fermer ta gueule !

                Avisant un caillou, il prit deux pas d’élan et le frappa de toutes ses forces pour l’envoyer voler.

— Sois foudroyé !

                Au même moment, le tonnerre gronda tandis qu’un éclair zébrait le ciel, et Wallace se figea avant de se vouter piteusement.

— Et merde…

                Remontant le col de sa veste, il reprit sa marche avant de sursauter. Cette fois-ci, l’éclair n’était pas tombé très loin, aussi le jeune homme accéléra le pas, avant qu’un troisième éclair frappe le sol à quelques mètres de lui. Terrifié, Wallace observa le bitume fumant avant de partir en courant, pour ensuite s’arrêter en glissant tandis qu’un quatrième trait de lumière touchait le sol devant lui.

— Mais putain, cette saloperie en a après moi ou quoi ?

                Il s’apprêtait à partir sur le côté quand il y eut un cinquième impact lui coupa la retraite, puis un sixième derrière lui alors qu’il reculait d’un pas.

— Je dois être en train de rêver…

                La foudre frappa encore et encore, sans plus discontinuer, et très vite Wallace se retrouva encerclé par les arcs électriques formant un cercle parfait autour de lui , tandis que le jeune homme paniquait, et alors qu’un terrible grondement s’élevait, il leva la tête pour voir une flèche d’énergie électrique fondre dans sa direction.

— Mais c’est quoi ce bordel ?

                Il eut à peine le temps de finir sa phrase que l’éclair le traversait de part en part, le faisant sombrer dans le néant.

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Aeliana
J'adofd l'idée mais je te jure qu'en 6 mois d'escrime personne ne sait faire ça xD 2 ans à la limite mais moins... Même en escrime médiévale artistique c'est vraiment compliqué :p
Portrait de Sebastien Carré
Je sais, j'en fais. Mais, Hey, ce n'est qu'une histoire 😉
Portrait de Okamii22
On a envie de lire la suite ! Bon début.
Portrait de Sebastien Carré
Merci. Si tout va bien un autre chapitre sera publié ce soir.
Portrait de Manoy
Effectivement au vu de ton résumé, il y a peu de place pour la surprise. Peut-être serait-il judicieux de le rendre un peu plus mystérieux ?
Sinon pour ce premier chapitre j'ai relevé quelques coquilles et certaines phrases sont trop longues, beaucoup de subordonnées qui alourdissent la lecture à mon sens. Tu devrais couper. Cela ne va pas forcément affecter le rythme que tu veux donner à ton entame qui reste, somme toute, agréable à lire. Le coup de Ross et Rachel dans de la Fantasy par contre ? :s
Portrait de Sebastien Carré
Merci pour ce commentaire.
Concernant Ross et Rachel, il ne faut pas oublier que le premier chapitre est contemporain
Portrait de Philippa Chevallier
Assez dynamique comme début.
On va attendre le réveil maintenant
Portrait de Sebastien Carré
Les voyages dans le temps, ça a toujours bien marché.
Et pour une fois, je travaille sur un truc inédit pour le trophy
Portrait de Philippa Chevallier
En même temps le concept est très exploité actuellement donc tu n'as pas non plus à dénigrer ton travail
Portrait de Sebastien Carré
Pour moi, c'est téléphoné compte tenu du résumé, mais bon, ce n'est que la mise en situation, n'est ce pas ? C'est là suite qui ça importer
Portrait de Philippa Chevallier
Je connais plutôt bien ton raisonnement, je te dirai s'il y a surprise
Portrait de Sebastien Carré
Il devrait en surprendre plus d'un