Nebula | 404factory
Terminé

Nebula

97
7
9
Si les démons arpentaient le monde, avec pour seule obsession l’anéantissement de votre race, croiriez-vous au Diable ?

Si les gens d’église, armés de pouvoirs mystiques, étaient le seul rempart contre cet anéantissement, croiriez-vous aveuglément en Dieu ?

Même si votre religion était pétrie de certitudes, intolérante, inquisitrice et obscurantiste ?

Probablement. C’est en tout cas le cas pour toute la population de l’empire en général, et du jeune Akila en particulier. Recueilli enfant par des moines après le massacre de sa famille par ces créatures abjectes, il n’a pas encore prononcé ses vœux mais vénère déjà la déesse Alyfa de toutes ses fibres.

Quand, à la poursuite d’une hérétique tentant d’échapper au bûcher, il découvre fortuitement la nouvelle menace qui pèse sur l’humanité, sa foi est inébranlable. Il devient donc moine à son tour, et entame résolument son sacerdoce.

Lors de sa première mission, le Mal se déchaîne. Traqué, fuyant pour sa vie dans une terra incognita et cherchant un moyen d’alerter les siens, il réalise que le salut viendra peut-être d’une alliance impie entre moines guerriers, apostats et démons renégats. Sa foi vacille.

Chaque pas vers sa destinée lui apprendra que les évidences ne sont parfois qu’apparences. Et que les apparences sont souvent trompeuses.

À ce propos, le lecteur est-il d’ailleurs certain de lire un roman de type fantasy ?


La guerre est finale. Totale. Il le sait, le sort de tous repose sur ses épaules et celles de ses compagnons d’infortune, alors il continue à croire. Une course contre la montre commence, durant laquelle chaque pas vers sa destinée lui révèlera un peu plus de vérité sur sa religion, un peu plus de ses erreurs et de ses mensonges, mais il continuera à croire.

Quand enfin, grâce au sacrifice d’un ancien moine déserteur, l’empire sera sauvé, il croira toujours en sa déesse. Mais plus en sa religion. Il aura compris, sur le charnier à ciel ouvert que sera devenue sa terre, que les apparences peuvent être trompeuses. Et c’est investi d’une résolution nouvelle qu’il embarquera vers un nouveau foyer, sans réaliser toutefois qu’il emporte avec lui le germe d’une menace plus grande encore.

Car si les apparences sont parfois trompeuses, elles ont le mérite d’être visibles. Ce qu’on ignore, en revanche…

Le lecteur a-t-il d’ailleurs bien compris le livre ? Pense-t-il avoir lu un roman dit « fantasy » ?

Si Dieu vous était expliqué, malgré les preuves irréfutables de Son existence, croiriez-vous toujours en Lui ?