Chapitre 1 | 404factory
L'océan de l'éternité

Chapitre 1

— Clochette n'était pas totalement mauvaise ou, plutôt, elle était totalement mauvaise à ce moment-là tandis qu'à d'autres, elle était entièrement bonne. Les fées doivent être une chose ou l'autre: elles sont si petites qu'elles ne peuvent malheureusement héberger qu'un sentiment à la fois.

— Je n’aime pas Clochette, la coupa Steeve.

Win referma le livre et observa le garçon étendu dans son lit. Depuis deux bonnes heures, elle tentait de l’endormir. Lire les aventures de Peter Pan lui avait semblé une bonne idée au départ… sauf qu’il ne cessait d’intervenir pour commenter certains passages. Surtout ceux concernant la fée.

— Ah oui ? Tout le monde aime Clochette.

— Elle est méchante. C’est une meurtrière, elle a essayé de tuer Wendy.

Elle dissimula un sourire amusé à grande peine, puis entreprit de lui expliquer son point de vue :

— Elle n’est pas vraiment méchante, c’est ce que dit ce passage. Je crois qu’elle n’arrive pas à faire la différence entre le Bien et du Mal, voilà tout. Et puis, Wendy ne meurt pas, Clochette n’est donc pas une meurtrière.

Steeve se redressa en position assise, parfaitement éveillé.

Malheureusement.

— Mon père l’enverrait en prison si elle vivait dans notre monde.

— Une chance qu’elle n’habite pas le coin. Il est tard, tu devrais dormir, auquel cas, c’est moi que ton père enverra en prison. Tu sais qu’il n’aime pas que tu veilles trop longtemps.

Bien entendu, monsieur Bran ne lui aurait fait aucune remontrance, il connaissait les difficultés de son fils à trouver le sommeil.

— Il ne ferait pas un truc pareil, réfléchit le garçon. Je ne crois pas…

— Je sais, rétorqua-t-elle en l’embrassant sur le front. Bonne nuit et pas de jeux vidéo, je t’ai à l’œil. Je repasserais de temps à autre pour vérifier.

— Bonne nuit, Win.

Elle allait refermer la porte derrière elle quand Steeve la héla.

— Oui ?

— Ça doit être super de ne pas grandir, tu ne trouves pas ?

À une époque, elle s’était fait la même réflexion. Rester enfant toute sa vie, garder son insouciance, son imagination… le rêve absolu.

— Il n’y a pas que des inconvénients à grandir, tu sais ?

— C’est quoi les avantages ?

Un instant, la danse des étoiles et des lunes projetées par la veilleuse sur le mur accapara son attention.

— Il faut avoir dix-huit ans pour être cosmonaute, finit-elle par répondre.

Steeve avait officiellement décidé qu’il serait le premier à explorer d’autres galaxies.

— Tu as raison, vu comme ça. J’ai trop hâte ! Bonne nuit, Win !

Après un dernier salut, Win retourna au rez-de-chaussée et se laissa tomber dans le canapé. La neige derrière la grande baie vitrée lui rappela que Noël arriverait dans une semaine. Elle n’avait toujours pas trouvé de cadeau pour son petit frère. Mike voulait un poney… comment rivaliser avec ça ? Elle cherchait encore une alternative à cette demande particulière quand les parents de Steeve rentrèrent. Ils s’entretinrent avec politesse pendant quelques minutes, puis Win quitta la maison pour rejoindre sa voiture. Le temps de se glisser derrière le volant, ses cheveux étaient trempés et le froid lui glaçait le sang. Son téléphone sonna.

— Le juge terrifiant n’est pas dans le coin ? supplia une voix féminine exagérément grave au bout du fil.

— Non, je m’apprête à rentrer, répondit-elle en allumant le contact. Il est une heure du matin Abby, tu sais que les gens normaux sont censés dormir ?  

— Tu veux dire les gens qui ne triment pas toute la nuit pour trente malheureux livres ? Tu as bossé combien de fois cette semaine ?  

— Quatre… cinq ?

— Exactement ! Cinq. C’est de l’exploitation. Je suis sure que tu n’as pas assez pour acheter cette robe qu’on a vue en ville la dernière fois. Tu sais, celle avec des franges ?

Win engagea la voiture sur la nationale déserte.

— D’ici la semaine prochaine, je pourrais me la prendre. Je bosse chez les Carter lundi, j’aurais même de quoi choisir une paire de chaussures.

— Ça roule. En attendant, tu es dispo’ demain ? Journée shopping ?

— Journée dodo.

— Oh aller, quoi ! Il me faut un collier pour le bal, je ne peux pas patienter jusqu'à la semaine prochaine pour l’acheter. Tu sais bien que les bijoux sont uniques chez Zor, il risque de ne plus avoir celui que je veux la semaine prochaine.

Win ne suivait plus la conversation. Un mauvais pressentiment lui comprimait le ventre. Les arbres autour de la route étiraient leurs longues silhouettes dans le ciel nocturne. Elle les trouvait dérangeants, presque menaçants. Chaque fois qu’elle revenait de chez les Lewis, ils semblaient plus grands. De quoi ficher les jetons !

— Win, tu es toujours là ?

— Oui. Dimanche ? proposa-t-elle en contrepartie. Les magasins seront ouverts.

— Et bondés ! Quelle est la règle numéro douze de la Reine du Shopping ?

— Ne pas mettre moins de quarante livres dans un foulard ?

Abby tiqua.

— Non, ça, c’est la huitième. Ne jamais faire du shopping pendant les ouvertures exceptionnelles, sous peine de ne pas sortir vivante d’un magasin. Allons, Win, tout le monde sait ça !

Sur le bas-côté, les ombres s’étiraient, comme pour happer la voiture dans leurs griffes immatérielles. Au loin, le pont apparut, salvateur. Ah, ce bon vieux pont de fer. Ça signifiait qu’il ne lui restait que quinze petites minutes avant d’arriver chez elle.

— Je n’en sais trop rien, répondit-elle en réprimant un frisson d’angoisse, je te le dis demain.

— Bon d’accord ! Mais sans faute, appelle-moi dès que tu es réveillée.

— Je n’y manquerais pas. Bonne…

Un chien blanc se matérialisa au milieu de la route. Venu de nulle part, il fixait la Mini-Cooper qui lui fonçait droit dessus. Win écrasa la pédale de frein et tourna le volant dans l’espoir de ne pas le percuter. Grave erreur, surtout par un temps pareil. Les pneus crissèrent sur le macadam, le véhicule fit plusieurs embardées, la réalité perdit ses reliefs.

Le vide s’ouvrit par-delà le pare-brise. Le vide ? Pas tout à fait. La voiture resta figée dans l’air pendant une éternité, comme si le temps s’était arrêté… puis, il frappa la surface glaciale de la rivière. Le monde explosa, de blanc il devint noir. Les morceaux de verre se firent emporter par l’eau quand cette dernière envahit l’habitacle. Win ne hurla pas. En fait, elle n’en eut pas l'occasion. En revanche, la peur réussit à s’insinuer en elle avec l’efficacité de milliers d’aiguilles. Sans savoir comment, elle parvint à se libérer de sa ceinture de sécurité et à sortir du véhicule.

Ce qui ne l’aida pas réellement.

Le choc thermique la frappa de plein fouet, une onde électrique lui traversa le corps et ses membres se tétanisèrent. Le liquide mortel s’engouffrait dans sa doudoune, paralysait ses jambes, ses bras, l’attirait vers le fond. Win essaya de nager, sans succès.

Parce qu’elle n’avait jamais appris à le faire malgré les conseils de son père.

Elle ouvrit la bouche, laissant échapper le peu d’oxygène qui lui restait. Ses poumons devenaient douloureux, ses côtes l’élançaient. Son cœur allait éclater. Ses lèvres s’ouvrirent sur un cri silencieux.

 « Non ! ne put-elle s’empêcher de hurler dans sa tête. Je ne veux pas mourir… »

Les pensées de Win explosèrent.

« Win ? »

Son père.

Impossible, il était parti depuis plusieurs années.

« Win, je suis en train de te parler, regarde-moi. »

Certaines personnes prétendent voir défiler leur vie au moment de leur mort. Elle n’avait jamais cru à ces âneries surnaturelles. Quand on meurt, on meurt. Voilà tout. Le cerveau cessait de fonctionner, la vie quittait le corps…

— Win ?

La petite reporte son attention sur son père, mais décide d’observer à nouveau autour d’elle. D’habitude, elle n’a pas le droit de venir ici. Ce bureau est secret. Privé. Très beau, aussi. Selon elle, il ferait un château très acceptable. Ces grands fauteuils de cuir pourraient lui servir de trône. Et les sabres et les épées accrochés aux murs défendraient son royaume. Surtout à l’approche d’une guerre avec les trolls.

—  Est-ce que tu m’écoutes ?

Son père fronce les sourcils, les lèvres tordues par l’impatience. Les joues de Win virent au rouge. 

—  Non, papa, admet-elle. Mais là je t’écoute, si tu veux. Pardon.

L’homme semble à deux doigts de sourire, mais garde un sérieux impénétrable. Parfois, il lui fait peur. Toujours bien droit, la mine sévère, il s’autorise peu de distractions, même avec elle.

— C’est ce que j’attends de toi, Win.

— Pourquoi tu m’as demandé de venir ? Tu vas me disputer ?

Il secoue la tête et quelques mèches grises tombent sur son front.

— Non. Assieds-toi, on doit discuter.

Elle prend place sur son futur trône, soulagée par ces paroles. Il ne sait sans doute pas qu’elle a brisé le vase préféré de maman.

— Je voudrais qu’on parle du livre que je t’ai prêté, Win. Tu ne l’as pas fini, je me trompe ?

Elle secoue les épaules et baisse les yeux, honteuse. Son père lui a offert une version simplifiée d’un roman qu’il adore. Peter Pan. Elle lui a promis de s’y intéresser avant qu’il ne parte pour son travail, demain.

— Non.

—  Tu n’aimes pas Peter Pan ?

—  Si, mais… maman dit qu’à la fin, Peter devient méchant. Je n’ai pas envie que Peter devienne méchant, papa.

Comment l’emmènera-t-il au pays imaginaire si c’est le cas ?

—  Méchant ? Enfin, Win, il n’est pas question de gentillesse ou de méchanceté !

— Tu crois ?

Son père rit et passe une main dans les cheveux couleur blé de sa fille.

— Termine-le et on en parlera à mon retour, d'accord ?

Tout à coup, Win a envie de pleurer. Il part encore. Elle déteste quand il s'en va très loin et ne revient pas avant longtemps ! C’est toujours long « longtemps ».

— Promis.

— Merci ma princesse.

Pour s’empêcher de penser à ce départ imminent, elle songe à Peter.

— Dis papa… pourquoi Peter refuse-t-il de devenir adulte ?

Papa ?

Papa…

Elle n’obtint aucune réponse. Ce souvenir se fit emporter par les eaux.

Pourquoi Peter ne voulait-il pas grandir ?

Parce que grandir c’était mourir un peu plus chaque jour, réalisa-t-elle.

Elle n’avait plus peur. Elle n’avait même pas froid. Comme si son corps venait de perdre toute consistance, elle flottait dans le noir. Un noir paisible, tranquille. Malgré ses yeux grands ouverts, elle ne voyait plus rien.

« Win. »

La voix de son père. Trop loin. Trop faible.

« Win, n’oublie jamais que la réalité n’est que le mur de ceux qui ne rêvent plus… »

Porteur d’une magie étrange, ces mots se frayèrent un passage dans sa conscience endormie. Ils balayèrent le sommeil, sa mort imminente. Transperça la brume qui l’entourait, la protégeait.

« Papa ! »

Une porte céda. Au fond de son âme, un barrage éclata en morceaux.

Puis les ténèbres reprirent leurs droits.

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Mumu Bouquin 0
cc comme on se retrouve.
J'adore toujours autant ta plume, au plaisir de te lire.
Mumu bouquin
Portrait de Seyriel
Sympa comme tout, j'adore l'allusion à Peter Pan. La story à l'air longue mais je vais tacher de la finir lorsque je n'écrirais pas la mienne car elle à l'air originale et l'écriture est plaisante ! ^^
Portrait de Kalypso Caldin
C'est gentil, merci beaucoup 😘
Portrait de Dutch.Elian
Déjà la couverture ne donne pas du tout envie...

Ensuite tout est bien trop succin, rien n'est développé et l'écriture encensé par certain je ne la trouve pas, c'est limite enfantin.

Et puis voguer sur la hype peter pan, utiliser les noms des personnages pour jouer sur la nostalgie des gens et faire des vues c'est tout bonnement honteux. Si j'avais pu dislike je l'aurais fait, c'est une honte pour quelqun de vantant d'être déjà publier, personne qui de surcroît semble ramener ses fan pour faire des vues et des likes...
Portrait de Kalypso Caldin
D'accord, je vais aller mourir de honte dans mon coin ❤️
Portrait de Charlotte Macaron
Hello !
Premier chapitre intriguant, j'ai bien aimé la façon dont l'histoire de Peter Pan revient tout au long du chapitre, que Win l'ai lu enfant, et qu'elle le lise à nouveau à l'âge adulte. La thématique du passage à l'âge adulte paraît central, chose qui avive mon intérêt ! J'ai trouvé que la scène de fash-back était vraiment bien intégrée au reste, on bascule lentement de l'un à l'autre et ça rend très bien !
Portrait de Kalypso Caldin
Hello merci beaucoup ! Peter pan est au centre de l'histoire, tu verras qu'il y a plein de petites référence au conte 😊
Portrait de Marine Gautier
Hello, je viens de découvrir ton histoire ! Ton style est fluide et agréable :) Une seule remarque, si elle manque d'argent à ce point, est-ce envisageable d'avoir une Mini Austin ? J'ai trouvé que c'était étrange si elle doit bosser je ne sais combien de jours pour une robe. Voilà c'était juste un détail, je repasserai pour la suite :)
Portrait de Kalypso Caldin
Hello, merci pour tes compliments 😘 pour la voiture, mini Cooper, ce n'est pas illogique dans le sens où ça peut être sa mère qui lui a offert tu vois ?
Portrait de Jenny Jénie
Je commence à lire, je lève les sourcils, je fais un "ooooh!", oui parce que j'ai trouvé que ce début était différent de ce qu'on peut lire. J'aime beaucoup.
Portrait de Kalypso Caldin
Bonjour, tu m'en voir ravie si tu aimes 😘j'espère que la suite te plara sans ce cas 😊
Portrait de Charline Royer
Bonjour, je viens de m'inscrire sur ce site et ton histoire est la première que je découvre car je participe aussi au challenge pirate sur la plateforme. J'avais envie de découvrir la vision des autres participants sur le thème des pirates et le moindre que je puisse dire, c'est que ce premier chapitre est vraiment très intriguant. J'aime beaucoup ton style d'écriture et le personnage de Win semble intéressant par bien des aspects. D'autant que tu me prend par les sentiments en introduisant ton histoire en citant Peter Pan car c'est un de mes contes préférés ! En tout cas, tu as attisé ma curiosité alors je file découvrir la suite !
Portrait de Kalypso Caldin
Bonjour, bienvenue sur le concours ! Merci pour ton adorable commentaire, moi aussi j'adore Peter pan 💕😊😘 merci encore 💕
Portrait de thirteendays
Ce premier chapitre est vraiment top ! Je suis heureuse de retrouver une de tes histoires ! Ton écriture est toujours aussi envoûtante et tes descriptions claires et précises. J’ai beaucoup aimé la phrase du père quant à la réalité, c’est vraiment très inspirant !
Portrait de Kalypso Caldin
hello :) merci beaucoup, ça me touche ! j'espère que la suite te plaira également :D
Portrait de Elixa Vidu
Comment dire que cette plume est la plus belle que je connaisse en ce bas monde ?... Jamais déçue pas tes histoires ♥️
Portrait de Kalypso Caldin
hoooow mais toi même <3 merci de tout mon cœur :3
Portrait de DaNat
J'ai beaucoup aimé ce premier chapitre, le résumé m'a fait énormément envie et je ne regrette pas d'avoir sauté le pas.
J'ai eu un peu de mal sur la transition du souvenir. Le passage au présent m'a parut un peu abrupt, mais je l'ai trouvé malin pour marquer la différence.
C'est un excellent premier chapitre en tout cas. Clair, très fluide qui met en scène tout en expliquant, sans noyer le lecteur d'informations.
Bref, j'ai beaucoup aimé ^^
Désolée de m'être étalée. :)
Portrait de Kalypso Caldin
Bonjouuuur ! Tout d'abord, merci pour ton adorable commentaire ❤️ ensuite je crois que tu as raison, la transition est trop brutale, je vais retravailler cela 😊 je suis contente que ce chapitre tait plu ❤️
Portrait de Alicia MONDELICE
Ah ! Ça faisait tellement longtemps que je voulais relire cette histoire ! Merci de nous la faire partager à nouveau :3
Portrait de Kalypso Caldin
Merci à toi de la lire ♥️