La Légende de la Flèche de Liast | 404factory

La Légende de la Flèche de Liast

 La Flèche de Liast

 Bonjour à toi cher lecteur-rice qui a ouvert-e ce livre, je suis le Conteur et c'est moi qui vais te raconter les ''Légendes de Revendal''. Peut être lis tu ce livre car tu est à la recherche d'un grand savoir ? Peut être le lis tu  avec une envie d'évasion et de rêveries ? Ou alors est tu simplement curieux-euse de son contenu ? Mais peux importe la raison qui ta poussé-e à commencer la lecture de ce conte, crois moi tu ne sera pas déçu-e. Cette Légende raconte la Génèse du Monde de Revendal car c'est avec cette histoire que tout commence. Installe toi confortablement et prépare toi à découvrir l'incroyable Légende de la Flèche de Liast ! 

*

 - Liast ? Dit Liast tu m'écoute la ?

 - Hein ? Désolé Telys je pensais à autre chose...

 - Et à quoi d'autre tu peux bien penser en ce moment ? 

 Liast se redressa, il était allongé sur un épais nuage blanc qui flottait doucement au dessus du vide. L'air était frais et le soleil brillait haut dans le ciel, c'était une magnifique journée. 

 - A plein de choses... Je pense trop tu le sais bien, je ne suis pas normal.

 Telys se redressera à son tour et posa sa main sur l'épaule du jeune anem.

 - Arrête un peu de t'en faire pour ça tu veux ? Moi aussi je suis différente des autres ce n'est pas forcement une mauvaise chose...

 - Si au contraire ! Crois moi cette différence ne nous apportera que des problèmes, les autres anems sont dociles et obéissant mais nous ? Nous on ne se plie pas aussi facilement à leurs exigences et ils le savent très bien. Ils savent ce que nous pourrions faire avec notre intelligence... 

 Telys resta un moment silencieuse. Elle aussi avait peur de ce qui se passerait si les Dieux décidait de se débarrasser de leurs deux anems rebelles. Pour l'instant elle souhaitait juste flottée sur le nuage en rêvant de liberté. Mais la réalité la rattrapait toujours et elle n'avait plus la force d'y faire face. 

- Alors nous n'avons qu'à devenir plus obéissants. Oui il nous suffit juste d'obéir au Dieux comme tout anem doit le faire, si nous arrêtons de paraître différent peut être que... 

 - Mais ce n'est pas ce que nous sommes ? Tu aimerais toi continuée de vivre indéfiniment cette vie de servitude tout en sachant que quelques part, ailleurs, tu pourrais être libre ?

 Telys ne répondit pas. Liast savait qu'elle en rêvait depuis toujours, la liberté c'était leurs rêves à eux. Un rêve interdit, inaccessible et dangereux. Le seul qu'ils aient jamais eu dans leurs longue existence d'anem. Mais Liast en avait assez, il était arrivé à un stade ou il préférait encore mourir en essayant d'être libre que de rester au Palais Céleste pour l'éternité. Mais cela, bien sur, il ne le dirait pas à Telys. Car Telys était tout ce qu'il avait au monde et si elle savait jusqu'ou il était prêt à aller, elle ferait tout pour empêcher qu'il risque ça vie.  

 - Retournons au Palais. dit finalement Liast.

 Il posa sa main sur le nuage et se concentra. Le nuage se mit soudain à vibrer, puis il commença à se déplacer dans les airs, en accélérant petit à petit.

 - Je n'arrive toujours pas à croire que Typhos t'est appris à faire ça ! s'exclama Telys.

 - Il a été difficile à convaincre c'est vrai mais que veux tu, il s'ennuie lui aussi dans ce foutu palais ! 

 Typhos était l'un des disciple du Dieu du Vent qui avait accepté d'apprendre à Liast comment déplacer les nuages magiques qui entouraient le Palais Céleste. Liast avait bien sur penser à les utilisés pour s'échapper mais si l'un des nuages s'éloignait trop du Palais, il perdait ça magie et disparaissait aussitôt. Liast n'avais pas beaucoup d'ami au Palais, en dehors de Telys bien sur, car les anems n'étaient pas fait pour avoir des relations amicales. C'était des êtres créer par les Dieux pour les servir qui n'avait, en principe, que peu d'intelligence ce qui en faisait d'excellents esclaves. Liast ne savait pas pourquoi il était différent, peut être était ce simplement une erreur de conception. Une fois il avait été voir Astros, celui qu'on appelait l'Architecte, le créateur des anems. Quand Liast lui avait demandé pourquoi il ne pensait pas comme les autres de ses créations, Astros avait simplement répondu que, comme toute chose, il y avait une part de hasard et que l'on ne pouvait rien y faire. Que c'était en quelques sortent ainsi que fonctionnait le monde. Cette réponse n'avait bien sur pas plu à Liast mais il avait du s'en contenter, il ne devait pas attirer l'attention sur lui. Il avait entendu des choses terribles à propos des anems qui décevaient leurs Dieux, des choses qui le faisait encore frémir rien qu'en y pensant.

 A peine les deux anems étaient ils arriver au Palais qu'ils sentirent leurs cœur palpiter à toute vitesse. A chaque fois qu'un maitre appelait son anem, ce dernier avait le cœur qui battait à tout rompre. Parfois cela faisait même tellement mal que la douleur leurs donnaient l'impression que leurs cœur allait exploser. Cette fois les battements étaient rapides mais légers ce qui signifiait que leur maitre était de bonne humeur. Liast et Telys servaient la Déesse de la Vie, Luxuris. C'était sûrement la divinité la plus gentille envers ses anems qu'elle traitaient avec respect et amour. Il y avait en tout douze Dieux au Palais Céleste est au moins un millier d'anems. Les Dieux les choisissaient eu même, s'en échangeant parfois même entre eux. Le Dieux qui possédait le plus d'anems était Oxiros le Dieu du Soleil et de la Lumière, il siégeait sur le plus grand Trône est était appelé par les mortels le Dieu Roi. Bien sûr il se réservait les meilleurs anems et Liast, avec sa différence, n'avait aucune chance de finir à ses côtés. De toute manière ce n'est pas ce qu'il voulait, il savait qu'il ne serait jamais mieux traité qu'avec Luxuris est espérait y rester, avec Telys, le plus longtemps possible. En attendant qu'il trouve un moyen de s'échapper...

 - Entrez entrez. dit Luxuris au deux anems d'une voix douce et mélodieuse qui résonnait dans la grande salle décorée de milles couleurs ou elle se trouvait.

 Autour d'elle étaient rassemblés tout ses anems qui semblait attendre patiemment que la déesse leurs annoncent quelque chose. Liast et Telys allèrent se placer dans la foule des anems en se demandant ce que la déesse avait à leurs dire.

 - Bien, repris Luxuris, si vous êtes tous la mes chers anems, c'est parce que j'ai à vous annoncés une grande nouvelle. Moregal souhaiterait faire l'acquisition de nouveaux anems et je lui ai aimablement proposé de lui donner ceux de son choix.

 En entendant ce nom Liast senti son sang se glacé dans ses veines. Moregal était le Dieu de la Mort et du Néant. Le plus cruel de toutes les divinités, celui que les mortels appelaient parfois le Diable. Liast vit que même la déesse semblait être mal à l'aise rien qu'en prononçant son nom. Il était évident que Luxuris n'avait pas le choix de donner à Moregal certain de ses anems, après tout on ne refuse rien au Dieu de la Mort. Mais Liast fut encore plus troublé quand, à la fin de ça phrase, la déesse le fixa intensément du regard. 

 - Il viendra vous voir demain et choisira parmi vous ceux qui deviendront ses nouveaux serviteurs. Alors je compte sur vous pour me faire honneur et...

 Mais Liast n'écoutait plus la déesse. Son esprit, anormalement vif  pour un anem, essayait de comprendre le regard insistant de Luxuris à son égard. Mais il n'y avait qu'une explication possible et c'était presque évident. Moregal n'allait pas prendre des anems au hasards, il venait pour lui. Il avait du entendre qu'il était différent, qu'il était plus malin que les autres et il lui réservait sûrement des souffrances inimaginables. Liast ne pensait plus qu'à fuir désormais, il savait que s'il était envoyé dans le Néant avec le Dieu de la Mort il n'aurait plus jamais aucun espoir de liberté. Il prit Telys par la main en lui faisant signe de se taire et l'attira discrètement au dehors.  

 - Tu délire complétement Liast ! dit Telys après que ce dernier lui ait parlée du regard de la déesse. Jamais elle ne te laisserait à Moregal ! C'est un véritable monstre !

 - Telys même si elle est plus gentille avec nous que les autres, n'oublie pas ce qu'elle est ! A leurs yeux nous ne sommes que des biens échangeables ! 

 - Mais... elle nous aime... Liast elle nous aime ! Elle nous à toujours protéger des autres dieux !

 - Elle ne pourra pas me protéger de Moregal... Il va venir demain et il m'emmènera avec lui dans le Néant. Telys c'est maintenant ou jamais ! Partons ensembles, fuyons ce lieu ou le mal nous guette ! Pars avec moi, nous trouverons un moyen...

 Telys était visiblement bouleversée, toutes ses pensées s'entrechoquaient dans ça tête et elle ne savait plus quoi pensée. Liberté. Fuir avec Liast. Peur. Trahir les Dieux. Vengeance. Souffrance. Liberté. 

 - Je... Je ne sait pas si j'y arriverai Liast, j'ai peur. 

 - Moi aussi j'ai peur Telys, mais nous devons nous servir de cette peur. Nous devons puiser en elle la force qu'il nous faudra pour réussir à fuir. Nous réussiront Telys, je te le promet.

 Il sourit à son amie, c'était un sourire plein d'espoir et de courage. Telys lui rendit son sourire. 

 - Alors, comment compte tu faire pour t'échapper d'ici ?

 - Je vais voler le nuage du Dieu du Vent.

*

 La Déesse de la Vie avançait lentement dans la Grande Salle du Palais Céleste, ça robe de fleurs flottant derrière elle.  Elle laissa son regard courir sur les gigantesques statues d'or représentant les douze Dieux, qui montait presque jusqu'à la haute voute sertie de pierre précieuse qui recouvrait la salle. Elle s'arrêta un instant sur ça statue, elle était représentée tenant une fleur dont les pétales étaient des diamants étincelants. Elle n'aimait pas cette statue, elle ne lui correspondait pas du tout. Mais ici tout n'était qu'illusion et faux paraître.

 - Qu'est ce qui te trouble Luxuris ?

 La Déesse se tourna son regard vers les onze majestueux trône dans lesquels elle siégeait avec ses pairs. Le plus grand trône, celui du milieux, était occupé par Oxiros, le Roi des Dieux. Il portait de somptueux vêtement cousus dans les plus précieux des tissus, et des bijoux tous plus brillants les uns que les autres.

 - Rien. répondit la Déesse. Je pensait simplement à...

 Voyant son hésitation, le Roi des Dieux la rassura.

 - Parle sans crainte et dit moi ce que tu a sur le cœur Mère de la Vie. 

 Luxuris pris une grande inspiration et se lança.

 - Pourquoi devons nous être supérieur aux autres êtres ? Qui a décidé que nous devions les gouverner et qu'ils devaient nous vénérer ?

 - L'Univers, ma chère sœur, le Grand Tout qui est à l'origine de toute choses. Nous même, nous avons été créer par Lui. Il nous à donner de fabuleux pouvoirs est nous a dit de veiller sur tout les êtres vivants. Est c'est ce que nous faisons. Mais si nous voulons qu'ils vivent heureux et épanouis ils doivent avoir foi en quelque chose de plus grands, quelque chose qui sera capable de les sauvés tout comme de les damnés. Quelque chose en quoi ils pourront s'accrocher pour survivre dans les moments les plus durs, c'est ce que nous somme chère sœur. Nous sommes leurs espoirs.

 - Tout cela je le sait, mon frère, mais créer des êtres doués de sentiments et de raisons seulement pour qu'ils nous servent pour l'éternité ? C'est cruel. 

 Le visage d'Oxiros s'anima soudain d'une étrange expression. Comme s'il venait de comprendre quelque chose d'évident qui était devant son nez depuis toujours.

 - C'est donc pour ça que tu est venue me voir... Tu veux que je sauve tes petits anems des griffes de Moregal ?

 Luxuris ne répondit rien. Elle savait que ce qu'elle demandait au Roi des Dieux était tout sauf raisonnable et normal. Mais Oxiros était le seul à pouvoir faire quelque chose. Ce dernier réfléchie quelques secondes qui parurent comme une éternité à la Déesse. Puis enfin, il donna une réponse.

 - Que tu te soit attachée à tes deux anems rebelles je peux le comprendre, tu est la Mère de la Vie après tout et tu à du avoir pitié de ces créatures. Mais de la à me demander de les protéger ? Ma chère sœur je ne sait pas ce que ton dit ou fait ses anems défectueux mais...

 - Ils ont des noms ! Ils en ont tous ! Ce ne sont pas des créatures stupides prête à assouvir vos moindres désir, ce sont eux aussi des êtres vivants ! Et ils ne méritent pas ce funeste sorts.

 Luxuris se rendit soudain compte de l'irrespect dont elle venait de faire preuve envers le Roi des Dieux et s'excusa en vitesse. 

 - Ce n'est rien, ce n'est rien. Oui je te comprend ma sœur tu est par nature très attachée à tout les êtres vivants. Mais je ne peut rien faire pour toi. De quoi aurait je l'air si on apprenait que j'avais empêcher le Dieu de la Mort de récupérer quelques anems de plus ? Non je ne peut rien faire.

 Il se leva de son trône, et s'avança vert Luxuris qu'il pris par les épaules. 

 - Je suis désolé ma sœur, je n'imagine pas la tristesse que cela doit te causer. Mais il y a des choses auxquels même moi je ne peut rien.

 La Déesse de la Vie acquiesça sans rien ajouter. Elle quitta la Grande Salle le cœur lourd, vidé de tout espoir, sa longue robe de fleurs flottant toujours derrière elle.  

*

 Le soleil, qui brillait loin au dessus de la voûte céleste, avait laisser place à une ronde lune étincelante qui éclairait de sa pâleur le Palais des Dieux. Le ciel était sans nuage et des milliers d'étoiles scintillait dans son immensité. Tout était calme et silencieux, on aurait dit un rêve. Dans cette étrange atmosphère, deux ombres se faufilaient discrètement dans les grands escaliers qui tournaient tout autour du palais tel des tentacules. Liast avait attendu la nuit pour agir, son plan était de voler le nuage de Brizzen, le Dieu du Vent. Le seul nuage magique capable de franchir les barrières du Palais sans disparaître, celui que le dieu utilisait pour se rendre dans le monde des mortels. Il savait que le nuage serait bien gardé, Typhos lui avait expliqué lors d'une de leurs discussions, que deux Gardiens Célestes veillaient sur la pièce ou il se trouvait. Les Gardiens Célestes étaient des soldats créer par les Dieux pour protéger le Palais et certains de leurs biens, ils étaient presque invincible aussi faudrait t'il faire preuve de ruse pour s'en débarrasser. Et comme un anem n'était pas censé être rusé, Liast comptait utilisé cet atout à leurs avantages.

 Ils arrivèrent bientôt devant la pièce ou se trouvait le nuage, deux Gardiens étaient en effet postés devant la porte. Liast alla se cacher derrière une statue pendant que Telys se mettait à courir vers les Gardiens. Quand ils virent approcher cette dernière, ils brandirent aussitôt leurs grandes lances vers elle.

 - Pas un geste, que faites vous ici ? Les anems ne sont pas autorisés à venir dans cette partie du palais ! scanda l'un des deux gardiens.

 Telys pris aussitôt un air affolée.

 - Je suis vraiment désolée de vous déranger nobles Gardiens mais j'ai besoin de votre aide d'urgence ! Je suis une anem du Grand Roi des Dieux et il m'a envoyée avec un autre anem pour aller lui chercher des fruits dans l'Arbre Monde. Hors l'anem qui m'accompagnait est tombé par dessus les rembardes est il a atterri sur l'un des nuages qui flottent autours du palais. Il est coincé dessus et vous devez l'aidé !

 L'autre gardien pris la parole.

 - Pourquoi venir nous demandez ça à nous, tu n'a qu'à prévenir le Grand Dieux.

 - Je sais mais la situation est urgente le nuage sur lequel il est tombé est très petit est il ne tiendra pas longtemps dessus, vous êtes les premières personnes que j'ai croisées et avec vos lances vous pouvez le faire remonté. Je vous en pris le temps presse !

 Les deux gardiens se regardèrent, ont aurait dit qu'ils avaient cessé de fonctionner normalement. Leurs visages s'agitaient dans des expressions étranges comme s'ils essayaient de ressoudre un problème extrêmement compliqué. Telys perdit patience.

 - Vous allez vous bouger oui ? Ce n'est pas n'importe quel anem qui est en danger c'est un anem du Grand Dieu ! Vous savez ce qu'il vous fera si il apprend que vous n'avez pas bougés le petit doigt pour essayer de le sauver !

 Tout d'un coup, comme s'ils avaient été frappés par la foudre, les Gardiens cessèrent brusquement de se regarder. Ils se tournèrent vers Telys en demandant d'une seule voix ou était l'anem.

 - Suivez moi !

 Et Telys emmena les Gardiens derrière elle laissant le champ libre à Liast. Le jeune anem sortit de sa cachette est arriva devant la grande porte sertie de décorations d'émeraudes et dont la poignée était faite avec un gros diamant. Il tira sur la poignée mais la porte ne s'ouvrit pas. Il fit le tour du bâtiment en cherchant une fenêtre mais il n'y en avait pas non plus. Il revint devant la porte est vit alors un mot gravé au dessus de la poignée, il connaissait cette langue. C'était la langue que parlait les Dieux, une langue qu'eux seuls pouvaient comprendre. Liast compris qu'ouvrir cette porte allait être beaucoup plus compliqué qu'il ne le pensait. Il devait trouver une solution et il devait la trouvée vite car il n'avait pas beaucoup de temps avant que les Gardiens ne se rendent compte que Telys leurs avaient menti. Liast inspira profondément, il essayait de chercher dans sa mémoire le moindre élément qui pourrait l'aider. Il se remémora les discussions qu'il avait eu avec Typhos.

 - Je ne suis pas un anem tu sais, je viens du monde des mortels et Brizzen mon maître ma choisi pour être son disciple. Il me transmet ses pouvoirs et ses connaissances avant de me renvoyer la d'où je viens pour que je transmette à mon tour mes connaissances en son nom. Tant que je suis ici, dans le Palais Céleste, je ne vieilli pas mais dès que je retournerai en bas, ma vie de mortel reprendra son cours. Et je vivrai même plusieurs centaines d'années selon mon maitre !

 - Tu a de la chance, toi au moi tu peut quitter cet endroit est vivre une vrai vie, quelque part en bas...

 - T'est le premier anem que j'entend dire ça ! T'est vraiment pas comme les autres Liast, ça c'est sur.

 - Dis moi Typhos, tu sait comment ton maitre fait pour se rendre dans le monde des mortel toi ? J'ai entendu des rumeurs comme quoi il utilisait un nuage spécial qui pouvait aller en dehors des limites du Palais sans disparaitre.

 - T'est bien informé pour un anem dis donc ! Oui c'est rumeurs sont vrais, il le garde enfermer dans une petite pièce à côté de ça tour surveillé par deux Gardiens ! Franchement qui essayerait de voler quelque chose à un Dieux ! Ce serait de la pure folie. Non crois moi c'est Gardiens ne servent pas à grand chose, surtout que la pièce ne s'ouvre qu'au contact de la main de mon maitre. 

 Si ce que lui avait dit Typhos ce jour la était vrai, il n'avait donc aucune chance d'ouvrir cette porte. Il repensa au mot écrit au dessus de la poignée. Il se rappela soudain qu'un mot similaire était aussi gravé dans le temple de Luxuris. Liast sut alors ce que ce mot voulait dire, c'était le mot correspondant à l'élément du Dieux à qui l'endroit appartenait. Pour Luxuris c'était le mot Vie et ici c'était le mot Air. Mais comment le prononcer ? Et même s'il le prononçait il n'était pas sur de pouvoir l'ouvrir, ce n'était qu'un anem après tout !

 Et c'est à ce moment la, désespéré, si pris du but, que Liast compris que ce plan en lequel il avait placé tant d'espoirs était voué à l'échec. Au moment ou il entendit des pas précipités derrière lui, puis une voix qui lui ordonnait de se retourner en vitesse. Liast ne s'était jamais senti aussi vide, il n'arrivait plus à suivre ce qui se passait autour de lui. Il lui semblait qu'il était trainé avec vigueur par deux grands bras, il descendait des marches, encore des marches, jusqu'ou descendait t'il ? Peut être cet escalier infernal l'emmenait t'il jusqu'au Néant. Il allait être immédiatement envoyé chez Moregal, tout ses efforts pour rien. Et Telys ? Ou était elle ? Il devait la rejoindre sur le nuage de Brizzen, et ils devaient partir loin, très loin... Soudain Liast sentit qu'il avait cessé de descendre, il fut brutalement jeté contre un sol dur et froid et perdit connaissance.

 *

 - Lève toi petit anem. 

 La voix résonna dans la tête de Liast comme si une centaine de cloches s'étaient misent à sonner violement. Il essaya d'ouvrir les yeux mais il avait peur de ce qu'il allait découvrir. Il imaginait le Dieu de la Mort, souriant et riant, à l'idée de ce qu'il allait faire à ce petit anem qui avait eu l'audace d'essayer de voler un Dieu. Mais si c'était la son destin, Liast ne l'accueillerait pas dans la peur. Il connaissait les risques il savait ce qui l'attendrait si il échouait, et il avait échoué. Mais il avait essayé, et il ne le regrettait pas au contraire. Seul le sort de Telys lui importait à présent. L'anem se releva péniblement, d'abord sur les genoux puis il parvint à se mettre debout. Il ouvrit les yeux. Mais le visage qu'il découvrit n'était pas celui du Dieu des Ténèbres, mais celui du Dieu de la Lumière. 

 - Tu a fait un long somme petit anem, surement ton dernier.

 - Qu'est ce que vous allez me faire ? dit Liast de la voix la plus neutre possible.

 - Tu ne te prosterne pas devant le Grand Dieux ? Ca ne m'étonne pas de toi, tu sais je t'observe depuis un moment et je me suis bien sur très vite rendu compte de ta différence, bien que j'ignore toujours ce qui la causée. Et pour répondre à ta question... et bien regarde autour de toi tu devrais comprendre toi même si tu est si malin.

 Liast s'exécuta. Il était dans un endroit qu'il ne connaissait pas, une grande pièce au murs de pierres dont le plafond était si haut qu'il était imperceptible. Il n'y avait pas de lumière naturelle et le lieu était éclairé par d'étrange créatures luminescentes et collantes qui se déplaçait lentement le long des parois. Liast n'avais jamais vu de tels êtres, ont aurait presque dit qu'ils avaient... Le jeune anem s'approche pour en avoir le cœur net, ce qu'il découvrit alors lui fit l'effet d'un coup de poing dans le ventre. Les créatures ressemblaient à des masses informes de chairs et d'os, comme si elles avaient été mâchés avant d'être recrachés. Mais ce n'était pas le plus inquiétant. Liast discernait des bras et des jambes sur les créatures, certaines avaient même des têtes !

 - J'aime à appelé cet endroit l'Antre des Lumières. Toute ces hideuses choses qui rampent sur les murs sont, ou plutôt était censé être, des anems. Mais même si Astros et le meilleur dans son domaine, il lui arrive quand même de faire quelques... ratures. Alors je leur donne un peu de ma lumière est c'est la qu'ils finissent, destinés à éclairer ce lieu pendant l'éternité. Belle réutilisation n'est ce pas ? Bien sur ce qu'ils font ne sert absolument à rien mais je trouve presque cela, beau. Enfin dans une certaine mesure.

 Liast était très troublés par cette vision et le Roi des Dieux semblait s'en réjouir. Lui qui pensait souffrir et vivre une vie de tourments, destiné à suivre à la lettre les ordres d'une déesse qui avait une certaine forme d'affection pour lui. Il se sentit stupide soudain, il se mis à penser qu'il aurait du rester un petit anem obéissant comme Telys l'avait suggérée. Telys, il l'avais presque oubliée. Était elle déjà parmi c'est pauvre créatures ?

  - L'anem qui a détourné l'attention des Gardiens, qu'avez vous fait d'elle ?

 Le Dieu de la Lumière afficha un sourire qui fit frissonner Liast des pieds à la tête. Il mit longtemps à répondre, il appréciait visiblement la terreur qui se lisait sur le visage du jeune anem. Mais finalement il répondit.

 - Elle est en vie. Et elle n'est pas non plus parmi ces choses si c'est ce que tu pense. 

 Liast expulsa l'air qu'il retenait dans ses poumons depuis trop longtemps. Avoir amené Telys dans cette périlleuse tentative de fuite était la chose qu'il regrettait le plus de son existence et il avait vraiment cru qu'elle ne s'en était pas sortie. Cette nouvelle lui enleva donc se terrible doute qui pesait sur son cœur depuis qu'il avait été capturé. Mais quelque chose n'allait pas... Oxiros continuait de sourire. Visiblement le Grand Dieu ne lui avait pas tout dit et Liast s'attendit au pire.

 - Ou est elle ? Est ce qu'elle va bien ? demanda le jeune anem la voix tremblante. Répondez moi ou est elle !

 - Moregal est venue la cherchée, elle est dans le Néant.

 Liast sentie son cœur s'arrêté de battre, il perdit l'équilibre est tomba par terre. Il murmura, tremblant de tout son corps.

 - Non... C'était moi qu'il voulait, Luxuris elle m'a avertie... elle ma...

 - Toi ? Pourquoi est ce que le Dieu de la Mort voudrait de toi ? Tu est plus intelligent que les autres anems certes mais tu n'en est pas moins stupide ! Voler le nuage du Dieu du Vent ! Tu a vraiment cru que tu allais pouvoir voler un Dieu ? s'époumona Oxiros avant d'éclater d'un rire sinistre est cruel.

 Liast ne pouvait plus parler, il n'avait jamais ressenti une telle douleur. Il aurait donner n'importe quoi à ce moment précis pour pouvoir être comme tout les autres anems, pour ne pas connaître la tristesse et la colère qui le brisaient actuellement. Et comme si il avait lu dans ses pensées, le Grand Dieu annonça.

 - Maintenant il y a deux possibilités petit anem, je t'en offre deux car crois le ou non j'éprouve de la pitié pour toi. La première option et que tu devienne le serviteur obéissant que tu n'est pas. Astros a juste à effectuer quelques modifications et tu oubliera tout, la douleur le chagrin, ta haine envers les Dieux. Tu sera un anem comme les autres. Ou alors, tu préserve tes émotions et tes souvenirs et tu reste ici pour toujours, et tu rejoint tes congénères anormaux dans leurs ronde. À toi de choisir maintenant. 

 Oublier la douleur, oublier la haine, oublier cet immense sentiment de culpabilité. C'est ce que Liast désirait le plus. Mais il ne devait pas céder, les Dieux ne gagneraient pas, ils ne feraient pas de lui ce que contre quoi il avait toujours résister. Il préférait encore finir ici plutôt que de leurs donnés satisfactions. Puis il repensa à Telys, seule, prise au piège dans le Néant avec le Dieu du Mal. Temps qu'il respirerait encore, Liast serait prêt à faire n'importe quoi pour la sauvée. Mais pour cela il devait d'abord sortir d'ici. 

 - Très bien. dit il en ayant l'air résolu. Je choisit la première option. Je n'en peu plus de toute cette douleur je ne peut plus le supporter, je veut en être libéré.

 Oxiros souris à nouveau, le sourire de quelqu'un qui à eu ce qu'il voulait et qui en est satisfait. Il fit signe à deux Gardiens qui attendaient dans l'ombre et ils emmenèrent Liast hors de l'horrible grotte. Le jeune anem allait en finir avec les Dieux et leurs horreurs, et cette fois il n'allait pas fuir. Il allait attaquer.

*

 Liast avait peut de temps, il devait échapper au Gardiens qui le surveillait avant qu'ils l'emmènent chez l'Architecte. Il ne savais pas ce qu'il ferait ensuite mais il se poserait la question plus tard, pour l'instant il devait saisir la première occasion pour fausser compagnie aux gardes. Et cette dernière se présenta assez vite. Après avoir remonter le long escalier qui menait à l'Antre des Lumières, lorsqu'il revit enfin le ciel, Liast entra en action. Il bouscula le Gardien qui se trouvait à sa droite le plus fort qu'il pouvait ce qui failli lui faire perdre l'équilibre et, avant que le second n'ai eu le temps de l'attraper, il sauta par dessus une rembarde. Lorsqu'il avait fait ça il n'était pas sur d'atterrir sur un nuage mais heureusement ce fut le cas. Liast prononça en vitesse la formule que lui avait appris Typhos et le nuage se mit à filer à toute allure dans les airs. Maintenant le jeune anem ne savais pas quoi faire, il avait plusieurs idées mais toutes semblaient impossibles. Tout ce qu'il voulait maintenant c'était la vengeance. A moins que... Peut être y avait il encore une chance de sauvé Telys ? Comment ? Comment aurait il pu la sauvée, elle était prise au piège dans le Néant avec le Dieu de la Mort, seul un Dieu pouvait encore faire quelque chose. Un Dieu, ou une Déesse. L'idée qui venait de traverser l'esprit de Liast était très risquée et il en avait conscience mais c'était probablement son tout dernier espoir de sauver Telys. Il allait parler à Luxuris.

 La Déesse de la Vie était assise dans son trône entièrement végétal recouvert de fleurs et de plantes de toutes sortes. Plus tôt dans la journée Moregal était venu dans son temple et lui avais enlevé dix de ses anems. Puis il avait dit à la Déesse qu'il en voulait un de plus, un de ceux qui avaient essayés de voler le nuage du Dieu du Vent. Comme Liast était encore inconscient, elle lui avait donné Telys. Cet acte l'avais profondément affectée, elle était la Mère de la Vie et elle livrait des êtres innocents et purs à l'être le plus maléfique qui soit. Elle ne pouvait pas continuer ainsi, toute cette injustice devait s'arrêter. Et à l'instant précis ou elle pensait cela, le destin fint à sa rencontre.

 - Liast ? Que fait tu ici ? Je croyais que tu était avec le Grand Dieu dans...

 - Je me suis échapper. dit Liast en avançant prudemment vers le trône de la déesse.

 Cette dernière ne disait rien, elle se contentait d'observer l'anem qui avançait pas à pas vers elle. Elle savait ce qu'elle devait faire, les Dieux pouvaient endormir leurs anems en leurs touchant le front, Luxuris devait donc endormir Liast avant d'avertir le Grand Dieu qui allait le récupérer. Mais elle en était incapable. Au lieu de ça elle demanda simplement.

 - Pourquoi est tu venu me voir Liast ?

 L'anem continuait d'avancer, toujours sur ses gardes.

 - J'ai besoin de votre aide pour sauver Telys.

 - Il est trop tard pour elle, je ne peut pas entrer en conflit avec l'un de mes pairs. Moregal est mon frère malgré tout.

 - C'est vrai vous ne le pouvez pas, mais moi je le peux.

 Luxuris n'en revenait pas, ce petit anem avait essayer de voler un Dieu est maintenant il allait en attaquer un autre ? 

 - Est comment compte tu faire ? Tu n'est qu'un simple anem et c'est le Dieu de la Mort.

 - C'est très simple, donner moi une arme capable de tuer Moregal et envoyer moi dans le Néant.

 - Je suis la Déesse de la Vie, je ne possède rien qui puisse blesser ou tuer quoi que ce soit. Mais tu devrais aller voir Astros, il aura aura sûrement une telle arme.

 - J'ai dit à Oxiros que je choisissait comme châtiment que l'Architecte fasse de moi un anem parfait, je ne peut pas lui demander son aide.

 - Alors espérons que cette fois tu ne te fera pas attraper. dit Luxuris avec un sourire.

 Liast acquiesça et sortir du Temple de la Vie. La Déesse le regarda s'éloigner avec encore plus d'appréhension qu'elle ne l'avait vu approcher. Elle ne réalisait pas ce à quoi elle venait de prendre par en laissant sortir cet anem de son temple. Cet unique acte allait engendrer une foule d'évènements qui allaient inexorablement conduire à la fin de l'Ere des Premiers Dieux.


 L'Architecte était à l'origine de chaque anem, mais il créait aussi toute sortes d'objets pour les Dieux. Notamment des armes pour le Dieu de la Guerre, Liast avait juste à entrer dans la Forge Céleste et à lui voler une arme. Plus facile à dire qu'à faire mais la forge était bien moins protégé que le nuage qu'il avait essayé de voler plus tôt. Le seul problème était qu'Astros s'attendait sûrement à sa venu. Il fut très difficile pour Liast d'atteindre la forge, Oxiros avait mobilisé de nombreux Gardiens pour le retrouver. Mais il parvint à s'en sortir en se cachant dans un groupe d'anems devenant ainsi invisible. La Forge Céleste se situait au centre du Palais des Dieux, Liast n'y était jamais entré car l'accès était interdit aux anems. L'Architecte ne sortait que rarement de la forge mais il avait un jour réussi à lui parler alors qu'il rendait visite à un Dieu. Le jeune anem lui avait poser des questions sur les raisons de sa différence mais les réponses d'Astros ne lui avaient pas suffit. Peut être qu'il en apprendrait plus à l'intérieur de la forge.

 L'anem se retrouva rapidement devant les modestes portes en fer qui fermaient la forge. L'Architecte n'était pas un Dieu, et il ne bénéficiait donc pas de leurs richesses. Liast tira de toutes ses forces sur les gros anneaux qui permettaient d'ouvrir la porte. Cette dernière paraissait extrêmement lourde, mais elle s'ouvrit sans résistance. Liast s'avança donc dans la forge, c'était une grande pièce dont aucune ouverture ne laissait passer de lumière naturelle. L'endroit était éclairé par la grande fonderie dont la lave magique bouillonnait avec force. Des établis, des enclumes, des fours et toutes sortent de machines étaient réparties un peu partout dans la pièce. Au fond, d'étranges cuves de verre posés à la verticale et contenant un étrange liquide vert émettaient une faible lumière. Sur un mur Liast trouva ce qu'il cherchait, des dizaines d'armes en tout genre étaient accrochés sur des présentoirs. Il y avait des épées, des lances, des haches, il y avait même un gigantesque bouclier avec une sculpture de dragon dessus. Mais les yeux du jeune anem se tournèrent vers une autre arme, un arc. Il avait été taillé dans le même bois que l'Arbre Monde et sa corde semblait scintillée de lumière. Liast le pris dans ses mains et l'observa sous tout les angles. c'était la première arme qu'il tenait de son existence et elle semblait être parfaitement adaptée pour lui.

 - Enfin te voila, Liast.

 L'anem sursauta, l'Architecte venait de sortir de l'ombre. Il l'observait en silence depuis qu'il était entré et il affichait une étrange expression. D'instinct, Liast lâcha l'arc et saisi une grande dague qu'il brandit d'une main ferme vers Astros. Ce dernier paru amusé.

 - Ce n'est pas cette arme qui t'est destinée. 

 - Comment ça ? demanda Liast la dague toujours tendu vers l'Architecte.

 - Allons allons, je t'ai fait don d'intelligence tu devrais comprendre. Je t'ai laissé entrer ici car le temps est venu que tu accomplisse ce pourquoi je t'ai crée. 

 - Alors c'est vous ? C'est à cause de vous si je suis, différent.  

 - Oui. Je l'ai fait pour qu'un jour tu fasse ce que je ne peut pas faire. Cet arc je l'ai conçu pour toi, pour que tu t'en serve contre les Dieux. Je l'ai fabriqué en me servant de toute la magie que les Dieux m'ont donnés, maintenant je n'ai plus aucun pouvoir. Avec cette arme, tu mettra fin à la suprématie de ceux qui se font appeler des Dieux. Tu à le pouvoir de tous les détruire Liast. C'est dans ce but que je t'ai créer, parce qu'il faut mettre un therme à tous ces mensonges et à toutes ces souffrances. 

 Liast connaissait enfin la réponse à la question qu'il s'était posé toute son existence, et maintenant il lui en venait une autre à l'esprit.

 - Et Telys alors ? Pourquoi lui avoir également fait dont d'intelligence ?

 - Si tu tien vraiment à le savoir alors je vais te montrer.

 L'Architecte emmena Liast dans le fond de la forge, la ou se trouvaient les étranges cuves vertes. Ce dernier compris immédiatement à quoi elles servaient du premier coup d'œil, dans les cuves se trouvaient des corps plus ou moins entiers qui semblaient être en sommeil. Des anems, c'était comme ça qu'ils étaient créer. Liast remarqua qu'il n'y avait non pas un mais deux anems par cuves. Astros lui expliqua.

 - Vous venez au monde par deux, un mâle et une femelle, ainsi il y en a autant de chaque. Mais les modifications que j'ai apporté à ton cerveau Liast, ont aussi atteint celui de Telys via la magie du liquide qui vous donne la vie. Elle était aussi rebelle est intelligente que toi, mais elle n'était pas prédite à la même destinée que toi.

 - Pourquoi parlez vous d'elle au passé ! Elle n'est pas morte je le sais, Moregal ne l'aurait jamais tué aussi vite ! Je peux encore la sauvée, je vais allé dans le Néant et je tuerai Moregal ! Je la sauverais !  

 L'Architecte ne répondit rien, il se contentait d'observer sa création avec amusement. Il lui avait donné ce qu'il lui fallait pour accomplir son destin, maintenant tout dépendait de lui et de ses actes.

 - Au fait, je n'ai pas crée de flèche pour cet arc car je n'ai plus de magie. C'est toi qui va devoir le faire. Tu est un anem et tu a une partie de magie divine en toi, tu peux donc faire fonctionné la forge. Je vais te montrer comment faire des flèches.

 - Non. Je n'ai besoin que d'une flèche.

 Et Liast la créa, la Flèche qui allait changer tout changer. La Flèche qui allait détruire et créer. La Flèche qui était à l'origine du monde de Revendal. Une fois qu'il eu fini, il retourna discrètement voir Luxuris. Cette dernière, comme tout les Dieux, avait la possibilité de créer un portail menant au Néant. Moregal leurs avaient donné ce pouvoir dans le cas ou ses frères et sœurs voudraient visités son royaume. Bien sûr la Déesse de la Vie ne s'était jamais servies de ce pouvoir. Et maintenant elle l'utilisait pour envoyer un anem tuer son frère, bien qu'elle ne croyait aucunement en la réussite de Liast. 

 - Tu est prêt ? demanda t'elle à l'anem.

 - Oui. répondit Liast avec détermination.

 La Déesse de la Vie ouvrit le portail et l'anem y entra d'un pas décidé. Quand il fut refermer elle réalisa ce qu'elle venait de faire. Mais il était trop tard. Le destin était en marche et rien ne pouvait l'arrêter, c'était le début de la fin pour les Dieux.

*

 L'obscurité. Le vide. La noirceur. C'est tout ce qui entourait Liast. Le Néant. Dès qu'il avait traversé le portail il avait compris pourquoi ce lieu s'appelait ainsi. Heureusement, l'arc magique de Liast émettait toujours une faible lumière doré qui permis à l'anem de discerner ce qui l'entourait. Il marchait sur ce qui ressemblait à un fin sable noir et il ne voyait rien d'autres. Il se mit à marcher. Il ne pouvait rien faire d'autre. Le temps lui semblait s'écouler différemment si bien qu'il perdit vite en perdit vite la notion. Il avait l'impression de marcher depuis plusieurs heures, mais c'était impossible. Liast ne voyait toujours rien à l'horizon. Mais il n'avait pas peur, il continuait d'avancer tout droit, poussé par ça détermination et sa haine. Il allait tuer Moregal, trouver Telys et ensembles ils allaient partir très loin. A un endroit ou ils seraient enfin libres et tranquilles pour le reste de leurs existences. Bien qu'il ignorait quel genre d'endroit cela pourrait être. L'anem accéléra le pas, encore et encore. Il se mit à courir. Il courut le plus vite qu'il pouvait, sa détermination faisant peut à peut place au désespoir. Il ne devait pas s'arrêter, il devait sauver Telys, il devait la sauver. Mais l'anem se rendit à l'évidence il était pris au piège dans un désert de ténèbres infinies. Il n'avait aucun moyen d'en sortir.

 Liast entendit soudain un bruit lointain, comme une sorte de hurlement. Puis il entendit un autre bruit genre de bruit, on aurait dit des centaines de pattes qui couraient à toute vitesse. Les bruits se rapprochaient de plus en plus. Liast ne savait pas de qu'elle genre de créatures il s'agissait et il ne souhaitait pas le découvrir. Il n'avait qu'une seule flèche et il ne fera pas le poids contre une horde de monstres. Il fit demi tour et se remis à courir dans le sens opposé des bruits. Mais il avait beau fuir le plus vite qu'il pouvait les bruits se rapprochaient toujours et les créatures allaient bientôt le rattraper. Liast s'arrêta, il se retourna et fit face. S'il devait mourir maintenant, il ne le ferait pas en fuyant mais en se battant. Il encocha sa flèche et banda son arc en direction des bruits. Ils les entendaient tout prêt maintenant, les monstres n'étaient plus qu'à quelques mètres du jeune anem. Liast s'apprêta à tirer, guettant la moindre créature monstrueuse. Mais au moment ou ces dernières allaient l'attendre, elles le contournèrent simplement. Liast ne mit pas longtemps à comprendre, ces choses devaient avoir peur de la lumière, est celle de son arc le protégeait. Il baissa son arme et repris sa route. 

 Après avoir marcher ce qui lui semblait être une éternité, Liast aperçu quelque chose au loin. Une forme se dessinait peut à peut dans l'obscurité, une forme qui semblait immense. Et qui l'étais, ce que l'anem apercevait était un gigantesque château. Le château du Diable. Liast arriva bientôt devant la plus grande porte qu'il ai jamais vu de son existence. On dirait que celui là a les plus grosses chevilles des treize, pensa l'anem. Il avança encore jusqu'à pouvoir toucher la porte, il cherchait une poignée mais il n'y en avait pas. Il frappa alors trois coups à la porte. Aucune réponse. Il frappa encore trois coups, mais cette fois il cria au passage ''Moregal ! Tu va ouvrir cette porte, tu va libérer Telys, et ensuite je vais te tuer !''. Il y eu un court silence, puis un rire sonore et moqueur se fit entendre. Il semblait venir du sol, comme si c'était tout le Néant qui riait aux éclats. Le silence revint et cette fois une voix parla. Une voix froide et profonde qui glacerais sur place quiconque l'entendrais. 

 - Alors c'est donc toi, l'anem qui a essayer de voler le nuage de cet idiot de Brizzen. Tu n'avais aucune chance de réussir mais a tu quand même essayer, je suis impressionné par ce courage. Ou est ce la aussi de la stupidité ? La différence et souvent mince... 

 Bien qu'il n'avais aucunement peur, les genoux de Liast tremblaient tout seul. Avant que Moregal ne s'en rende compte, l'anem banda son arc et le pointa vers le château.

 - Je suis ici pour te tuer, mais avant tu va libérer Telys !

 - C'est avec cet arc que tu va me tuer hum ? Un arc crée par un simple humain chanceux qui a reçu une infime partie du pouvoirs des Dieux pour leurs fabriqués des choses. Désolé mais je ne suis pas vraiment convaincu. Et puis comment me tuerais tu si tu ne me vois même pas ?

 - Dans ce cas montrer vous ! Quoi vous avez peur d'un simple anem avec un arc ?

 - J'aimerais bien mais je suis en bas. Vois tu le Néant à plusieurs couches, la tu est dans celle ou j'accueille mes frères et sœurs lorsqu'ils viennent me voir. Charmant accueil non ?

 - Et Telys ? Ou est elle ?

 - En bas avec moi. Entre dans le château et rejoint nous.

 Les immenses portes du château s'ouvrir aussitôt après que Moregal ai finit de parler. Liast s'avança avec prudence dans les ténèbres toujours plus épais de la gigantesque construction. Il se demandait qui avait construit ça, sûrement des milliers d'esclaves prisonniers ici pour l'éternité. Le château semblait vide et inhabité, Moregal lui avait dit de le rejoindre ''en bas''. Toujours à l'aide de la lumière dorée qui émanait de son arc, Liast se mit donc à chercher un escalier. Il en trouva rapidement un, il était étroit et semblait descendre au plus profond des enfers. L'anem commença sa descente. Même si Moregal lui avait dit que Telys était en bas, il restait sur ses gardes. Le dernier être à qui il ferait confiance serait bien le Dieu de la Mort ! Mais pourquoi est ce que ce dernier n'avais pas immédiatement tuer Liast ? Pourquoi lui avais t'il ouvert les portes de son château en le conviant à descendre ? ''Peut être étais ce parce qu'il ne me considérais pas comme une menace'' pensa le jeune anem. 

 Lorsqu'il arriva en bas de l'escalier, Liast découvrit une grande salle dont le plafond était soutenus par des dizaines de colonnes formés avec des crânes. La salle était éclairée par une lumière rouge sang qui émanait d'un lustre en os qui surplombait toute la pièce. Au bout de la rangée de colonnes il y avait un trône, la aussi fait d'os en tout genre. Certains appartenaient avec certitude à des humains, d'autres à des animaux et d'autres encore que Liast ne parvenait pas à identifier. L'endroit était lugubre et silencieux, mais aucune trace de Moregal ou de Telys. Liast avança vers le trône, à peine avait il fait un pas qu'une voix résonna avec force dans la pièce. 

 - Bienvenue dans ma demeure petit anem, la décoration est à ton gout ? 

 - Assez parler, montrez vous maintenant ! Et libérer Telys !

 - ''Libérer Telys ! Libérer Telys !'' Elle n'est pas prisonnière ! Au contraire elle n'a jamais été aussi libre. Ici ce n'est pas une prison petit anem, c'est mon royaume. Et c'est à moi qu'il revient de décider du sort de ceux qui y pénètrent. Et Telys... je n'ai aucune intention de lui faire du mal, bien au contraire. Mais elle te le diras elle même.

 Une porte s'ouvrit dans le fond de la salle et quelqu'un s'avança vert Liast. C'était Telys, elle semblait plus rayonnante que jamais et elle étais vêtue d'une robe blanche fine et élégante ainsi que d'un diadème d'argent qui brillait de milles feux. Elle adressa un grand sourire à Liast. Ce dernier ne l'avais jamais vu aussi heureuse et il en fut troublé, mais quelque chose n'allais pas.

 - Telys je suis tellement désolé, je n'ai pas réussi à voler le nuage du Dieu du Vent et je n'ai pas non plus réussi à empêcher Moregal de t'emmener avec lui. Mais je suis la maintenant ! Je suis venu te sauver et on va pouvoir...

 - Me sauver ? s'étonna Telys. Je n'ai pas besoin d'être sauvée je suis très bien ici ne t'en fais pas. Et puis Moregal n'est pas si horrible qu'on le dit après tout.

 Cette dernière phrase fit un choc a Liast, Telys n'aurait jamais dit ça d'un dieu et encore moins de celui de la mort. Elle n'étais pas elle même.

 - Qu'est ce que vous lui avez fait !? demanda l'anem à Moregal. Elle ne dirait jamais une chose pareille de vous ! 

 - Liast je t'assure qu'il ne m'a rien fait, je pense ce que je dit. Tu l'ignore sûrement mais le temps passe différemment ici, ça doit faire des années que je suis la. Moregal ma offert la liberté que j'ai passé ma vie à chercher, il m'a accordé une place privilégiée à ses côtés. Il m'a même nommée Impératrice du Néant tu te rend compte ? Ici je suis bien plus qu'une anem, je ne veux pas quitter cet endroit tu comprend ? Si tu étais venu plus tôt nous aurions pu partir ensemble mais maintenant... 

 Le jeune anem resta sans voix. Il essaya de dire quelque chose pour raisonner Telys mais aucun son ne sorti de ça bouche. Il ne croyais tout simplement pas à ce qui se passait sous ses yeux. Il s'approcha de Telys et posa une main tremblante sur son épaule. C'était bien elle il en était persuadé. 

 - Tu vois, je ne lui ai rien fait. Elle est très bien ici, à mes côtés.

 Liast se retourna en direction de la voix qui venait de parler, Moregal s'était enfin montré. Il se tenait debout au milieu de la pièce, les bras croisés sur le torse, avec l'expression de quelqu'un qui vient d'arriver à ses fins. Toute la rage de Liast lui revint alors à la vision du sourire du Dieu de la Mort. Il banda son arc de toute ses forces et le pointa sur Moregal, la flèche se mit à vibrer en sifflant et en brillant d'une lumière dorée. L'anem allait en finir, peut importe ce qu'il se passerais ensuite, il allait tuer le Diable.

 - Alors tu va tout de même me tuer ? Alors que j'ai pris soin de ton amie pendant toutes ses années ? Alors que je t'ai laissé venir jusqu'ici, dans ma demeure, armée d'une arme capable de me tuer ? Tu te demande sûrement pourquoi je ne t'ai pas empêcher d'entrer d'ailleurs, n'est ce pas ?

 Liast ne répondait pas, il savait qu'il devait tuer Moregal maintenant, qu'il devais saisir cette occasion et qu'il le regretterait s'il ne le faisait pas. Mais il voulait savoir pourquoi le Dieu de la Mort avais fait tout ça. Même s'il savait que la réponse ne lui plairait pas. Il attendit donc que Moregal lui la donne, son arc toujours pointé sur lui.

 - Ta haine est précieuse petit anem, elle est capable de détruire n'importe quoi. Même les Dieux. Et c'est dans ce but que je t'ai laissé venir jusqu'à moi, pour qu'avec ta haine et mes pouvoirs nous détruisions les Dieux et leurs Palais Céleste. Je ne peux pas tuer l'un de mes pairs mais je peut te donner la puissance nécessaire pour que tu le fasse. N'est ce pas ce que tu a toujours voulu ? Te venger de ceux qui ce sont servis de toi pendant toutes ton existence ? De ceux qui se disent supérieur alors qu'ils ne sont rien de plus que des êtres choisis par une existence plus grande ? 

 Moregal tendit sa main vers Liast.

 - Ensemble nous pouvons y arriver, nous pouvons libérer tout tes frères et toutes tes sœurs anems de leurs servitude. Prend ma main, je te transmettrais suffisamment de pouvoir pour que ta flèche traverse les cieux et atteigne leurs palais. Tu peux mettre fin à tout cela Liast, ensuite tu pourra rester ici avec Telys si c'est ce que tu désire. Réfléchit bien, puisque toi tu en a la capacité.

 Le jeune anem ne savais plus quoi faire, il ne supportais pas tout le poids qui pesait sur ses épaules. Un anem ne devrais pas avoir autant d'importance, mais c'est dans ce but que l'Architecte l'avais crée. C'étais son destin, la raison de son existence, il devait l'accomplir. Il n'avais pas le choix, toute sa vie ne se résumais qu'a cet acte, lui seul importait. Sans réfléchir d'avantage, l'anem baissa son arc et s'avança vers Moregal qui lui tendait toujours la main. Chaque pas qu'il faisait le rapprochait de plus en plus du moment fatidique, le destin s'étais mis en marche et rien ne pouvais l'arrêter. Liast pris la main du Dieu de la Mort et scella ainsi le destin des Dieux. Le transfert de pouvoir fut douloureux mais rapide et une fois que ce fut fait, l'anem et le Dieu remontèrent à la surface.

 - Ta flèche sera guidé par mes pouvoirs, soit sur quel atteindra sa cible. dit Moregal à Liast avant de s'éloigner.

 - Le moment et enfin venu pour toi de faire ce que tu a toujours voulu faire Liast. dit Telys à ce dernier. Tu verra tout ira beaucoup mieux après ça. elle lui souris et s'éloigna elle aussi.

 Liast banda son arc et le pointa le plus haut possible, vert l'immensité obscure du ciel. Sa flèche brillait maintenant d'une lumière noir et des langues de fumée noires s'enroulaient autours d'elle et son bras le brulait atrocement. L'anem ferma les yeux, il repensa à tout les moments ou il avait rêver de cet instant. Il se laissa guider par la haine et la colère qui l'avais habité toute son existence, il ne pensa pas au victimes anems qu'il allait faire ou à Luxuris qui l'avais aidé à venir ici pour tuer son frère. Il ne pensait plus qu'à la vengeance. Et il tira. La flèche traversa les cieux à une vitesse hallucinante, elle montait toujours plus haut fendant l'air comme une lame. Plus elle prenait de l'altitude plus elle grossissait, encore et encore jusqu'à devenir aussi grosse que le Palais des Dieux lui même, puis elle grossit encore. Soudain, elle atteignit sa cible. Sa vitesse était tel qu'elle brisa la barrière divine qui entourait le Palais comme s'il n'y en avait aucune. Les Dieux ne purent rien faire pour échapper à leurs sorts, même Oxiros ne vit pas la flèche arriver tellement elle fut rapide. La Flèche de Liast traversa l'île flottante du Palais des Dieux et la coupa en deux dispersant des morceaux du palais dans les cieux.

 Mais elle n'avais pas fini sa course. Après avoir atteint ça cible, elle redescendit toujours en grossissant. Elle atteint le monde des mortels et le heurta. Sous le choc la flèche se brisa et la pointe se figea sur la planète créant ainsi le continent de Revendal. La magie de la flèche donna naissance à un écosystème entier désormais habité par toutes sortes d'espèces et de peuples. Quand au Dieux, certains survécurent mais, leurs palais ayant été détruit, ils n'étaient plus considérés comme tel et ils furent rejetés par les mortels. Moregal en profita pour se proclamer Nouveau Roi des Dieux, mais son règne cruel ne dura pas longtemps car d'autres Dieux émergèrent. Ils mirent fin à la tyrannie de Moregal qui fut renvoyé dans le Néant et restèrent auprès des mortels pour prendre soin d'eux. Quand à Liast, il vécu le reste de son existence avec Telys dans le Néant. Mais sa ''liberté'' ne fut pas telle qu'il l'imaginait. Il repensait toujours à l'époque ou lui et son amie était encore au Palais des Dieux et ou ils rêvaient d'une vie d'insouciance. Il repensait au nuage... 

Fin

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme