Prologue : Aodal | 404factory
Les Héros de Fallen Tome 2 - Le rubis de Shalaman

Prologue : Aodal

Prologue

- Aodal -


La flaque prit soudain une teinte différente, elle s’éclaircit et devint presque blanche. Un léger brouillard entourait l'eau et le mage accroupi au-dessus, la main tendue. Une image se forma au creux du liquide, faisant onduler la surface. Un jeune homme vêtu d'un uniforme noir apparut, des cheveux bruns lui tombaient devant les yeux. Puis le visage du garçon se divisa pour affronter son double. Derrière ces deux figures, l’homme percevait des meubles, des murs, ils se trouvaient chez quelqu'un. Le mage força mais cela lui demanda trop d’efforts, il ne parvenait pas à découvrir leur cachette.

Son échec n'avait pas d’importance. Ce n’était pas ceux-là qu’il cherchait.

Un murmure passa sur ses lèvres et l'image se métamorphosa pour laisser place à une fille, blonde, qui scrutait l'horizon. Elle se tenait au bord d'une falaise, les poings serrés ; il y avait quelque chose, dans ses yeux, d'étrange. Quelque chose qu’il ne pouvait pas comprendre. Puis elle se laissa tomber vers l’avant et l'instant d'après un énorme dragon fendit le ciel.

Ce n'était pas elle non plus.

La main toujours tendue au-dessus de la flaque, le mage agita ses doigts et une autre scène se forma. Deux cavaliers. Le premier portait à sa ceinture une épée qui lui fouettait la cuisse à chaque mouvement de son destrier. Une capuche recouvrait la tête de l'homme. Mais il n’y avait aucun doute possible.

— Maître Aodal ?

L’enchantement se brisa.

— Je suis désolée de vous perturber ainsi mais ils approchent...

Silencieux, le mage se redressa sans accorder le moindre regard à la femme qui le suivait. Il marcha dans la flaque d'eau avant de se cacher dans une ruelle avoisinante, le brouillard qui le recouvrait se dissipait.

Des gardes traversèrent la rue, une lance à la main. L'un d'eux retourna une chose flasque sur le sol d'un puissant coup de pied. Des murmures surpris se firent entendre alors qu'Aodal s'éloignait. Visiblement, ils avaient découvert le chat qu'il avait dû égorger pour le rituel. La magie noire permettait d'utiliser des sorts exceptionnels que les mages basiques ne pouvaient apprendre, mais cette puissance nécessitait le sang et le sacrifice.

— Où allons-nous, maître ? demanda la femme à voix basse.

Aodal lui fit signe de se taire. Il n'avait aucune envie de communiquer avec cette revenante qui le suivait partout. Mais elle pouvait lui être utile, il le savait. Depuis qu'il avait ranimé cette femme, son Seigneur avait manifesté un certain intérêt pour elle, la considérant comme arme humaine.

Sa mission était simple : il devait trouver la Couronne des Sages avant les Héros. Cette fille aux yeux rouges devait le protéger si nécessaire.

— La relique n'est pas ici, la sorcière a parlé d'un village nordique. Là où un incendie a eu lieu... Je crains que les Héros ne s’en approchent avant nous, nous devons partir.

Alors que l'un des gardes approchait de leur cachette, tous deux s'éclipsèrent sans laisser la moindre trace. Maître dans l'art de la discrétion, Aodal savait masquer sa présence et effacer son passage. Il avait appris cette technique lors des dix années passées au sein de la Ligue Noire, association d'assassins expérimentés.

— Avanna ?

— Oui ?

Le mage la poussa en avant pour la faire avancer plus rapidement.

— As-tu pu te renseigner auprès des villageois ?

— Oui. Durant cette dernière décennie, il y a eu trois incendies importants ayant causé des morts. Dans les environs, le village le plus proche est à l'est.

Aodal acquiesça pensivement. Autant commencer par là.

 

Les deux premiers villages n'avaient mené à rien. Le dernier se situait plus au nord de Tybre, isolé dans les montagnes. La neige avait recouvert le sol et les toits, le froid s'était installé. Un paysage aussi blanc que gelé, typique des hameaux de cette région.

En tout, une trentaine de maisons se dressaient contre le givre, de la fumée s'échappait de chaque cheminée. Un cimetière s'étalait à l'écart du village. Les pierres tombales se dressaient telles les dents noires d'un monstre dont la gueule était figée éternellement. 

Ses bottes s'enfonçant dans la poudreuse, Aodal avançait lentement jusqu'à la nécropole. Quand il poussa la porte, un vent froid s'engouffra en même temps que lui ; Avanna pénétra à son tour. Un silence imperturbable régnait en maître des lieux. Puis, des bruits de pas, un râle grave, et un vieil homme arriva jusqu'à eux. Il ne portait rien d'autre qu'une tunique trouée et poussiéreuse.

Depuis que le culte du Divin Erkass avait été aboli, les gardiens des nécropoles avaient troqué leurs vêtements dédiés au dieu pour ne garder que la plus simple des tenues. Le vieil homme les salua, ses yeux plissés semblaient succomber sous le poids de ses sourcils broussailleux.

— Je suis navré mais ce n'est plus l'heure des prières... Repassez demain.

Aucun mouvement.

—  Je n'ai peut-être pas été assez clair, les visites ne se déroulent que la journée. Revenez...

— Avanna ! s’égosilla le mage.

Aussitôt, la jeune femme bondit en avant, elle avait été si rapide que sa victime n'eut même pas le temps de voir la mort lui tomber dessus. Sa gorge avait été tranchée net, une cascade de sang tacha la tunique médiocre avant que le corps ne touche le sol.

Débarrassés du vieil homme, les deux alliés commencèrent à fouiller la nécropole. Chaque sépulture fut retournée, chaque cadavre fut éventré et fouillé, mais en vain. Il n'y avait aucune trace de ce qu'ils cherchaient.

— Maudite sorcière, incapable d'être plus précise.

— Peut-être que les Héros l'ont déjà trouvée, bredouilla Avanna.

— Impossible, je l'ai vu... Il est en route, la Couronne des Sages est ici. Continue à chercher, fouille, et s'il faut, creuse jusqu'à ce que tes doigts saignent, est-ce que je suis clair ?

La jeune femme opina du chef.

Un autel religieux dressé dans une alcôve attira son attention. De grands chandeliers illuminaient le lieu sacré tandis que de l'herbe rouge brûlait dans un bol doré. Aodal renifla la fumée, il s'agissait d'un rite funéraire. Sentir la fumée de cette herbe permettait d’invoquer la voix des morts. Lui n'y croyait pas. Les morts le côtoyaient jour et nuit, son Seigneur pouvait les ramener à la vie ; la mort avait perdu son sens. 

Il y avait une sculpture qui trônait au centre de l'autel. Haute de cinquante centimètres, elle représentait un soleil entouré d'une lune. Le pilier était magnifiquement orné de pierres précieuses mais l'une d'elle était unique, une pierre de lune. La plus pure pierre qui existait en ce monde. Le mage enclencha la pierre, un déclic résonna puis la statue se mit à trembler.

Le mécanisme grinça jusqu’à ce que la statue s'enfonce au sein de l'autel qui se divisa ensuite en deux parties distinctes. Il écarta les deux moitiés, puis resta immobile. Là, un escalier s'ouvrait à eux. Une dizaine de marches menant à une salle réduite entourée de glace. Des stalactites et des stalagmites formaient une barrière naturelle. Ils passèrent avec quelques difficultés mais devant eux, reposant sur un coussin, se trouvait la relique du Divin Liva, la Couronne des Sages. Il n'avait jamais rien vu d'aussi éblouissant.

Néanmoins, il y avait un problème. Un gros problème.

Un bloc de glace entourait la couronne, une protection magique certainement dressée par un puissant mage. Aodal posa sa main contre la glace mais une vive douleur lui arracha un juron, la glace brûlait horriblement.

— Maître ?

— Viens là, essaye de briser cette glace.

Obéissante, Avanna s’exécuta sans dire un mot. Elle tenta de frapper à l'aide de sa dague qui se brisa dès le premier coup. Ensuite, elle s'y attaqua avec les ongles mais les bouts de ses doigts s'enflammèrent avant même qu'elle ait pu faire la moindre petite entaille.

— Stop, il n'y a rien à faire. Cette protection est trop puissante. Le mage qui a scellé la Couronne a donné sa vie en échange de ce sort. Pour l'instant, attendons.

— Attendre quoi ? déglutit-elle en pleurant.

— Que le Héros vienne à nous. Il est le seul à pouvoir dégeler cette foutue couronne.

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Ma dame Rie
On redémarre avec un prologue riche en mystères et en informations :)
Le résumé de ce tome 2 à l'air palpitant, j'ai hâte de poursuivre les aventures de nos Héros !! En plus j'ai vu que Boiteux va retrouver les siens, ça promet !

J'ai beaucoup aimé cette tournure de phrase, très "jolie" (si on peut dire ça pour un cimetière xD) : "Les pierres tombales se dressaient telles les dents noires d'un monstre dont la gueule était figée éternellement."
Portrait de Okamii22
Coucou, contente de te voir aussi sur ce tome :D
Merci, j'espère qu'il sera palpitant et que tu aimeras l'aventure de Boiteux. :)
Portrait de katia protchoukhanoff
j’étais impatiente et voilà.... je reprends avec le même plaisir et la même envie d’aller plus loin.... bvo à toi... le prologue est déjà très intéressant 🍀
Portrait de Okamii22
Merci beaucoup, j'espère que le reste le sera aussi ;)
Portrait de Philippa Chevallier
Et l'aventure reprend !
Tu as choisi de faire une ellipse, il y a une raison particulière?
En tout cas le prologue donne le ton !
Portrait de Philippa Chevallier
J'ai vu ça et c'est bien amené au final
Portrait de Okamii22
Merciiiii ! Oui une ellipse de 6 mois, la principale raison c'est de rentrer dans le vif suite aux conséquences de la mort de la soeur des jumeaux et de leur fuite de la citadelle de Landark. Les prochains chapitres nous montre les choix des personnages selon la fin du 1
Portrait de Margot95
Enfin le tome 2 ! Je suis tellement contente de retrouver les héros et j'ai hâte de lire les aventures de Boiteux, sa vengeance face à son frère et connaître les 2 derniers héros...
Portrait de Okamii22
Merci beaucoup, ça me fait plaisir :)