Les Chroniques de Loutre-Monde : Eastern Tails 1

Épisode 1 : La Famille Kazehiko

Imaginez un vaste champ éclairé par la pleine lune. Au loin, le faible bruit de criquets venus profiter de cette chaude nuit d'été pour encourager de leur chant mélodieux les deux fiers guerriers se faisant face. 

L'un est un hundini portant un long kimono crème allant jusqu'aux hanches, complété par un pantalon ample. Son jeune visage et ses yeux sombres témoignent d'une immense confiance. Ses cheveux bruns et courts ainsi que les quatre touffes de poils blonds foncé faisant le prolongement de son court museau reflètent la fougue qui l'anime.Sa puissante main gauche est posée sur la poignée de sa lame, prête à être dégainée.

L'autre combattant est... Aussi un hundini. Lui aussi porte un kimono de la même couleur, à ceci près qu'il arbore au niveau du cœur l'emblème de son école : trois lignes ondulantes en dessous de ce qui semble être un croissant de lune.Pourquoi donc ce motif ? Nul ne le sait. Ce qui est sûr, c'est que son visage laisse paraître une quiétude d'esprit qui contraste fortement avec son rival. Son court museau connaît lui aussi un prolongement menant à huit petites touffes de poils d'un blond plus clair. Plus pur. Ses cheveux, plus courts, tout aussi ébouriffés et grisonnants témoignent d'une fougue passée il y a bien des années.De ses yeux clairs dissimulés par une paire de lunettes ovales, il observe calmement le comportement de son adversaire. Sa main droite,elle, n'est pas encore posée sur son sabre.

Les deux hundinis s'observent. Un nuage s'est interposé sur le chemin de l'astre lunaire, recouvrant de ténèbres ce vaste pré. Au moment où la lumière reviendra, un des deux guerriers aura remporté ce duel. 

Dans le plus grand des calmes, ils attendent. Le jeune hundini jette un coup d'œil furtif au ciel. Bientôt. Il respire un grand coup. Le vieil homme, lui, attend patiemment.

Le nuage passe. La lumière revient sur le pré, et soudain, le jeune homme se met à courir. Le vieil homme en fait de même, posant enfin sa main sur le pommeau de son sabre.

Le jeune homme, lui, a déjà commencé à dégainer.

Et alors qu'ils ne sont plus qu'à quelques mètres l'un de l'autre et que le vieil homme est enfin sur le point de sortir son arme, un caillou rencontre la sandale du jeune hundini, qui trébuche et s'écrase lamentablement au sol.

Pendant quelques longues secondes, il ne se passe plus rien. On ne peut qu'entendre le bruit du vent.

« Ooooooow... »

Le vieil hundini se rapproche du jeune. « Ça va,Jun ? »

Le jeune hundini reste au sol, se sentant humilié.« Oui, P'pa... Ooooooow... »

**********

 Il est des histoires qui commencent sur des hauts faits marquant. Des scènes d’anthologie. L’histoire qui suit n’ouvre peut-être pas sur la plus épique des confrontations, mais qu’y voulez vous, on ne peut pas choisir comment elles commencent.

 Nous voici donc en l’an 1025 dans les mystérieuses contrées de Johsei, un pays déchiré par la guerre que se livrent dans les coulisses bien des hommes et femmes cherchant à obtenir un pouvoir sans limites. Et c’est durant les trois années qui suivent qu’elle prendra fin. Non pas dans la joie, la bonne humeur et les câlins collectifs, mais bel et bien dans la tragédie, le sang, les larmes et énormément de douleur. Cette histoire est bien loin d’être une joyeuse balade dans les prés et c’est bien la raison pour laquelle j’ai décidé de la consigner dans ce livre. Bien évidemment, tout n’est pas que noir. Il y aura quelques heureux moments ici et là, car la vie est constituée de ça : de hauts parfois très hauts et des bas parfois immensément profonds. De contrastes, également, ainsi que d’apparences parfois bien trop souvent trompeuses… Mais je ne vais pas non plus tout dire dans une intro, quand même ! Un peu de suspens ne peut que faire du bien.

Et histoire de vous éviter bien des maux de crâne :

Lutris = loutre

Hundini = chien

Kutz = chat

Raion = lion

Konijin = lapin

Beayern = castor

Attilax = suricates

Tout autre type d'animal est une anomalie et est donc appelé "Étranger". Et en dehors de (très) rares élus habitant ce monde, seuls les Étrangers sont dotés de pouvoirs magiques.

Maintenant que les précisions sont faites, je vous souhaite une bonne lecture ♫

– David de Redalia

********


PROLOGUE

Le Garçon et l'épéiste

« Attention, ça pique un peu. »

Naomi posa délicatement un bout de coton imbibé de désinfectant sur le museau de son fils.

Jun grimaça. « Eeek !

— J'ai du mal à croire que tu aies vraiment trébuché sur un petit caillou. Si tu n'étais pas mon fils, j'aurais eu un peu honte.

— Merci maman... » répondit Jun, agacé.

« Règle numéro erm... Truc : toujours faire attention au terrain avant d'engager l'ennemi. » dit une forte voix depuis la pièce à côté.

« Mais je faisais gaffe, en plus ! »affirma Jun.

« Bah pas assez, on dirait. » Yûzô se mit à rire.

Jun soupira. L'un des duels les plus importants de sa vie... Raté à cause d'un stupide caillou.

Yûzô entra dans la pièce en se séchant les cheveux.« Bah, pas grave. On refera ça à la prochaine pleine lune.Semblerait que je reste le maître de cette école pendant encore un bon mois ! »

Le jeune hundini lança à son père souriant un regard noir. « Tu verras... Je m'entraînerai encore plus et je te surpasserai la prochaine fois !

— Hah ! Bon courage ! Même si pour le coup, j'ai pas pu trop juger ton niveau ce soir, donc bon. » Il tira la langue à son fils, qui se mit à grogner.

« Rah, mais vous allez arrêter ? On dirait deux véritables gamins... » soupira Naomi.

***

Tak. Fwack. Whack. Tac.

Yûzô arriva dans la salle d'entraînement en baillant et s'étirant, tasse de café à la main. Il fut surpris de voir son fils déjà levé et en sueur, signe qu'il s'entraînait depuis au moins une bonne demi-heure.

« En v'là un qu'est matinal... »

Jun n'entendit pas la remarque, trop occupé à évacuer sa frustration sur le mannequin d'entraînement.

D'un pas lent et peu impliqué, Yûzô prit un des sabres en bois et avança vers son fils. Il parra le dernier coup que Jun allait infliger au pauvre objet d'un seul bras.

Le jeune homme tourna son oreille, puis sa tête et vit son père en train de tranquillement siroter son café les yeux fermés. Lorsque Yûzô ouvrit un œil rempli de confiance, Jun se mit à sourire. Il resserra son emprise sur le manche de son sabre et se mit à donner des coups sans relâche à l'encontre de son père, qui les paraît tous d'un seul bras, toujours en buvant son carburant noir. Le jeune hundini était plus frustré qu'autre chose de le voir plusconcentré sur son breuvage que sur les coups que son fils essayaitde porter.

« C'est pas comme ça que tu vas devenir maître de l'école Kazehiko, mon coco. » lâcha Yûzô d'un air mesquin.

Jun grogna, décidant de passer à la vitesse supérieure. Pas une fois il ne parvint à atteindre son rival.

Ayant fini de boire, le hundini jeta sa tasse en l'air,prit le temps de réajuster ses lunettes, puis agrippa son sabre à deux mains pour asséner un seul coup, avant de rattraper la tasse en plein vol.

L'espace d'un instant, il ne se passa rien.

Crick.

Sous les yeux écarquillés de Jun, son sabre en bois se mit à craquer, avant d'exploser. Le gros de la lame partit au sol, projeté quelques mètres plus loin.

Yûzô constata qu'il restait encore une goutte de café au fond de la tasse et entreprit de la boire, avant de se diriger vers la sortie. Sans prendre le temps de se retourner, il lâcha.« Ce n'est pas en comptant sur la force ou ta colère que tu arriveras à me vaincre, fiston. »

Jun ne le vit pas, mais il savait que son père était en train de jubiler. Il fixa les restes de son sabre, ne pouvant que constater avec aigreur qu'il ne lui arrivait décidément pas à la cheville.

***

Jun entra dans sa chambre, fatigué. La pièce n'était pas bien grande et les meubles étaient peu nombreux. Il n'y avait qu'une armoire pour ses vêtements et un meuble bas pour ses livres,un lit et une table basse pour pouvoir mieux lire... En théorie, du moins, car le jeune hundini préférait largement s'étendre sur so nlit et lire en tendant les bras. De fait, il n'y avait que son sabre posé négligemment sur la table, au cas où il aie besoin de le  prendre.

Le jeune homme sauta museau en premier sur le matelas,puis son bras partit pour prendre le premier livre venu. Une bande dessinée usée à force de lectures répétées, créée par un artiste johseïte après avoir lu un livre d'Histoire écrit par le journaliste David de Redalia*,basé sur des faits réels. L'artiste fut tellement amoureux de l'histoire qu'il voulut rendre ce récit épique accessible à tous en y incorporant des images.

Le livre y racontait la guerre de Dyisia, qui opposa un roi corrompu à un simple forgeron de Lutricia et de sa victoire,grâce à sa ruse et l'aide du Gygax, un dragon dompté par le mystérieux peuple d'Attilaxia qui a malheureusement été décimé par la bête quelques décennies plus tard. Les origines de ce monstre, renommé alors par certains le Démon de Dyisia, ont toujours été floues et jamais il n'a été su si il s'agissait d'une seule créature millénaire, ou bien d'une race vivant en secret au cœur de l'île, car tous ceux qui s'en étaient approché après la destruction d'Attilaxia n'ont jamais eu l'occasion d'en parler...

La dernière fois que des rumeurs ont émergé à propos du réveil du Gygax, c'était il y a un peu moins de cinquante ans, déjà. Et depuis, plus rien. Le ou les dragons avaient l'habitude de sortir justement tous les cinquante ans, donc ce n'était plus qu'une question de temps avant que l'on ne sache s'ils n'étaient plus que de l'histoire ancienne ou non.

Jun se mit à rêver que si jamais cette ou ces créatures devaient revenir, il ferait tout pour être suffisamment fort pour les battre. Après tout, si le peuple d'Attilaxia a réussi à en dompter un, c'est qu'il était possible de les battre.

Le jeune homme se mit à relire l'histoire, un sourire en coin. Oui, un jour, il irait sur Dyisia et il affronterait le Gygax. 


* Ce journaliste et passionné d'écriture avait non seulement pour particularité d'être immortel, mais aussi d'être arrivé d'un autre monde il y a cent-cinquante ans, car il avait entendu parler de celui-ci et tout fait pour y aller. Du fait qu'il était Passé**,il ressemblait à un renard un peu fou et son pouvoir était de très clairement voir les événements du passé, au point qu'il était le meilleur historien potentiel au monde. Mais son pouvoir étant aléatoire et irrégulier, il ne pouvait que consigner des fragments de l'Histoire et, à la demande d'Edgar Bright, dieu de ce monde, il ne pouvait rien écrire à propos des événements précédant l'an Zéro. Pour éviter de trop se sentir seul, lui et sa compagne vivent sur le continent de Limberg avec Timothy Ellys (que vous rencontrerez bien assez tôt) et le reste de la Bande des Immortels.

** Le Passage est un rituel que seuls les dieux sont capables de faire, car il permet d'éveiller en chaque personne le pouvoir qui sommeille en eux... À condition qu'ils soient Purs de cœur, autrement les ténèbres qui les habitent ressortent pour les dévorer. Heureusement, certains dieux consciencieux et réactifs parviennent à sauver les personnes victimes des ténèbres, mais les séquelles peuvent être plus ou moins graves selon le temps passé à les sauver, la principale étant que si les personnes Passées utilisent leurs pouvoirs, ils se transforment petit à petit en monstre. Sur des planètes similaires à la nôtre, ça peut aller, puisqu'ils se transforment généralement en animaux humanoïdes, mais sur d'autres, ça peut devenir beaucoup plus horrifiant...


***

BONUS

Fiches de Personnages

Jun Kazehiko

Fils de Yûzô et Naomi Kazehiko

Date de Naissance : 18/05/1008 

Genre : Homme

Espèce : Hundini

Lieu de Naissance : Shiba (Johsei)

Ville habitée : Shiba (Johsei)

Taille : 1m77

Poids : 77kg

Aime : Combat à l'épée, lire des bande dessinées, venir en aide à sa famille, manger.

Anecdotes : Est très rarement sorti de son village natal.

A pas mal été protégé par son père, qui refusait de lui parler du "monde extérieur".

De fait, ne s'y connaît pas vraiment en clans et encore moins en politique.

Est persuadé que le Gygax existe vraiment et fera tout pour être celui qui le vaincra.

Veut aussi défendre l'honneur familial en devenant le meilleur épéiste de Johsei.

Est un grand fan du Cap'tain Fletcher.

***

Yûzô Kazehiko

Mari de Naomi Kazehiko et père de Jun

Date de Naissance : 12/03/987

Genre : Homme

Espèce : Hundini

Lieu de Naissance : Onimura (Johsei)

Ville habitée : Shiba (Johsei)

Taille : 1m84

Poids : 89kg

Aime : Combat à l'épée, lecture, enseigner, le café.

Anecdotes : A perdu ses parents très jeune lors d'une guerre de territoire opposant deux clans se disputant le village d'Onimura.

A été recueilli par Sakura Kazehiko et a très rapidement souhaité apprendre à se battre pour combattre l'injustice.

A rencontré Naomi alors qu'elle le soignait suite à une bataille qui a failli mal finir.

A fini par créer sa propre école, suivant la suggestion de sa mère adoptive et ne l'a jamais regretté.

***

Naomi Kazehiko

Femme de Yûzô et mère de Jun Kazehiko

Date de Naissance : 21/06/990 

Genre : Femme

Espèce : Hundini

Lieu de Naissance : Dangoni (Johsei)

Ville habitée : Shiba (Johsei)

Taille : 1m75

Poids : 71kg

Aime : Aider les autres, sa famille, les petites attentions.

Anecdotes : Se destinait à une vie simple, mais a vite changé d'avis après que la guerre civile qui rongeait le pays a fini par rattraper les villages voisins.

A rencontré Yûzô suite à une bataille qui l'a vu être légèrement blessé.

Connaît le passé de son mari et redoute le jour où les conséquences pourraient les rattraper.

Est une des trois médecins de Shiba.

reading-marker

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !