Prologue | 404factory
Le Scelleur, Partie I

Prologue

      La nuit tombait et Niméria, la première Lune, baignait la citadelle de sa pâleur opaline, donnant un aspect fantomatique et inconsistant aux bâtiments. On eut pu se croire dans un monde onirique sous cette lumière irréelle. Je ressentis l'envie irrépressible de vagabonder dans les rues, de m 'imprégner des relents de la civilisation.J’empruntais de petites ruelles et observais la vie nocturne, me délectant du spectacle simple de l'humanité qui se jouait sous mes yeux.

     Un bruit me fit me retourner, et j’aperçus une jeune fille, le visage rond et les cheveux aussi pâles que Niméria. Elle m’aperçut également, me fit un signe de la main et partit en riant, comme m'invitant à la suivre. Bien que je ne l'avais jamais vu, j'avais la sensation étrange de la connaître. Intrigué, je la regardais s'éloigner et lui emboîtais le pas dans la petite allée bordée de roses. Je la perdis de vue après quelques instants, et finis par la retrouver plus loin, juchée sur la fontaine de la place, sur les talons de la statue du Créateur. Ses petits pieds battaient dans le vide, effleurant la surface de l'eau sans toutefois y laisser la moindre onde, sous l'air agacé de la sculpture qui semblait la toiser d'un air renfrogné. Je me perdis dans la contemplation du moment, et remarquais soudain la disparition de la fillette. Elles’était comme volatilisée, et j’eus l'impression désagréable d'avoir suivis une sorte d'illusion, comme si sa présence n'avait été qu'une hallucination.

     Je décidais de continuer à explorer et me retrouvais devant la vieille taverne de la cité. Elle était toute de pierre, et l'éclat lunaire donnait à ses arêtes rocheuses un air intimidant. La façade de devant était entièrement ouverte sur l'extérieur, et Jarsh, l'aubergiste, me fit un signe de tête lorsqu'il m'aperçut. Son établissement semblait s'emplir à vu d’œil, bandes de joyeux fêtards cherchant un endroit pour s'amuser, alcooliques notoires cherchant du réconfort dans la bouteille et personnages plus suspects se côtoyant. Le propriétaire ne faisait pas cas de ces derniers, tant qu'ils ne posaient pas de problèmes, tous étaient les bienvenus à « La Demoiselle Légère ». Je scrutais la salle avec envie. Le feu dans la cheminée semblait ronronner et l'odeur de viande cuite m'assaillit les narines en m'ouvrant l'appétit. Je me détournais avec regret de ce fumet, n'ayant pas le temps, ni même les moyens de m'offrir un repas et adressais un signe de salut au tenancier en m'en allant.

     La décision de rentrer s'imposa à moi et je descendis la grande rue pavée sous l'ombre des arbres et pris la direction de la Cathédrale.Alors que j'allais sortir du couvert des pins, j'entendis le rire cristallin de la fillette. Cette fois, au lieu de s'enfuir, elles'approcha de moi et prit ma main sans aucune hésitation. Elle était douce, fraîche, et d'une légèreté étonnante. Elle me fit comprendre qu'elle voulait que je la porte et je m’exécutais,amusé de la situation. Je la soulevais le plus tendrement possible,elle sembla y être sensible et se blottit dans mes bras quelques instants.Je ressentis une drôle d'émotion à tenir cette petite contre mon cœur. Elle releva soudain la tête et j’aperçus distinctement son visage pour la première fois. J'estimais son age à cinq, ou peut-être six ans ; elle avait un petit nez, une bouche pleine et rieuse et des yeux d'un vert pénétrant d’où semblait transparaître une candeur et une innocence sans limite. La fillette me sourit, se pencha vers moi et posa sa petite main sur ma joue.Sans un mot, elle pointa le Sud et le petit chemin de terre battue menant à la falaise.

     Le temps s’égrenait lentement, de façon presque irréel alors que nous empruntions la direction qu'elle m'avait montré. La lueur de Niméria me donna l'impression d'évoluer hors du temps comme traversant des terres fantomatiques. La petite s’était à nouveau blottit contre moi, je sentais la respiration de son petit corps,bien qu'elle ne bougea pas. Arrivés au pied de la falaise, elle me demanda, toujours sans un mot et à sa façon, à descendre. Elle prit ma main et m’entraîna tout au bord du gouffre. Nous restâmes là durant de longues minutes sans que rien ne se passe.

     Subitement,un éclat bleu apparu dans les cieux. Dagon, la seconde lune,apparaissait peu à peu dans le ciel nocturne.Plus petite que Niméria, son éclat était toutefois plus puissant, et il illumina le monde opale d'une teinte bleuté et chatoyante. Je jetais un regard à la fillette, sous le halo bleuté, elle me sembla plus consistante, comme si son corps avait pris du volume sous l'effet de l'aura lunaire. Elle me fixait tendrement et je vis dans ses yeux un amour inconditionnel. Ses lèvres formèrent un mot que je n'entendis pas, mais que mon âme reconnu instantanément. Je pris l'enfant parles bras, et elle m'embrassa le front, tendrement. Le baiser ne dura que quelques secondes, puis elle me fit signe de la poser à nouveau.

     Je plongeais mon regard dans le sien et vis qu'il était emplis de joie et d'amour. J'y décelais également une tristesse qu'une petite fille de cette âge ne devrait pas être en mesure de connaître.Elle pointa son petit doigt sur Dagon, et alors que je détournais le regard pour voir ce qu'elle voulait me montrer, la Lune perdit son halo bleuté. Je ne peux pas décrire l'effet que me fit cette vision, j’eus l'impression qu'une part de moi mourait, qu'un morceau de mon être s'était éteins dans un frisson aussi glaciale que subite. Le halo prit alors une teinte laiteuse, et tout aussi rapidement vira au gris puis devint entièrement noir.

     Un petit cri étouffé s'échappa de la fillette, et le temps que je baisse les yeux sur elle, son corps gisait, inerte et sans vie au milieu de l'herbe. Je m'agenouillais devant elle et la végétation se désagrégea comme pourrie. Je saisis la petite dans mes bras. Son corps était déjà froid alors qu'elle venait de s'écrouler. je frictionnais doucement son corps dans une vaine tentative de la réchauffer et il commença à tomber en poussière entre mes doigts.Je ne pouvais que regarder impuissant son minuscule corps retourner à la poussière et se mêler au vent. Un étrange sentiment me laissa penser que son âme elle même était perdu.

Son corps avait entièrement été emporté par la brise nocturne. Je me sentais abasourdie et étrangement vide, je fut incapable du moindre mouvement ou de la moindre pensée durant de longs et terribles instants. Puis une image s'imposa à mon esprit engourdit par l'horreur alors que je me tenais seul au milieu de la poussière. Celle de la forme de sa bouche lors du mot que je n'avais pas pu entendre,celui que mon âme d'homme avait instantanément reconnu, lorsqu'elle m'avait appelé « Papa ».

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Thomas Serin
Hello,
Sympathique et une fin de prologue plutôt intrigante, je trouve les parties de description des lieux immersive, en revanche cela ne donne pas une impression de "pause" dans le récit, ce qui fait que ça peut être dérangeant. Utiliser un vocabulaire plus varié serait plutôt intéressant également.
J'ai apprécie le côté intime de ton écriture, à voir ce que la suite nous donnera :)
Portrait de Seyriel
Salut et merci pour ton avis ! Navré pour la sensation de pause, je souhaitais que ce prologue qui se trouve être un rêve sois assez vague, c'est un choix que j'assume pleinement.

Pour ce qui est du vocabulaire j'essaie de ne pas faire trop compliqué, mais j'estime qu'il n'est pas " pauvre" pour autant ! J'ose espérer que la suite te donnera plus de satisfaction à ce niveau là ! :)
Portrait de Tenaka
Salutation
Sympathique entrée en matière, le texte fait très onirique et intime et c'est bien écris.
Il y a tout de même quelques cafouillage au niveau des temps et de la ponctuation (et de l'orthographe?) Avec peut etre au début trop de mot simple qui décrivent des points de vu.
Portrait de Seyriel
Bonjour et pour commencer merci d'avoir pris le temps et la peine de lire ce que j'ai écrit :)

Pour ce qui est de l'orthographe j'ai en effet de petites lacunes et j'essaie de m'améliorer même si j'ai enfin trouvé quelqu'un pour me corriger !

J'espère que la suite vous plaira :)