Il est temps d'être heureux

Chapitre 1

1.

« Si vous voulez vous débarrasser de la souffrance, débarrassez-vous d'abord du plaisir. »

[Svami Prajnanpad]


Maude s’empara de sa valise et marcha d’un pas lourd vers la sortie de la gare de Certy. L’illusion d’une vie plus tendre se brisait un peu plus à chaque claquement de semelle contre le carrelage blanc du hall. La foule l’entourait de sa masse grouillante et bruyante. L’odeur que dégageait une boulangerie à sa droite attirait nombre de passants. Elle lui souleva le coeur. Certains voyageurs se précipitaient en courant sur le quai du départ, d’autres en descendaient et tournaient fébrilement la tête pour repérer un visage familier. Il n’y avait personne pour elle. La jeune femme avançait seule, le regard dans le vague, sans prendre garde à ceux qui s’écartaient précipitamment de son chemin en crachant des injures.

Elle avait cru qu’elle pourrait tout recommencer, qu’elle aurait sa revanche sur le passé, qu’elle valait mieux que ça. Mieux qu’eux tous. Elle avait voulu se reconstruire loin de ses parents et de leur vie taciturne, loin de ce quartier où chacun croyait devoir marcher sur l’autre pour exister, loin de ces habitants qui ne voyaient en elle que la pauvre petite Maude.

Pauvre petite Maude ! Ici, elle n’était que la petite fille qui s’enfermait chaque soir dans sa chambre pour ne pas entendre ses parents hurler, pour ne pas voir leur visage se déformer sous la colère. La petite fille qui venait à l’école les yeux rougis et qui, pourtant, s’appliquait tellement à faire ses devoirs. Elle était un canard noir dans un enclot d’oies piailleuses.

Cela faisait deux ans qu’elle n’était pas rentrée. Deux longues années où elle avait profité de chaque instant pour étudier, rêver, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux lieux. Elle allait devenir infirmière. C’était sa voie, son destin. Tout le monde le lui disait : elle était douée, elle était douce, elle savait trouver les bons mots pour se faire apprécier des patients, elle avait de l’autorité et de l’intuition. Tout le monde le lui disait, sauf ses parents : son père scandait que c’était un métier de propres à rien, seulement bon à doucher des vieux déglingués ; sa mère se lamentait sur le luxe intolérable de réaliser trois longues années d’étude au lieu de travailler.

Pourtant, Maude s’occupait de tout : loyer, repas, loisir. La jeune femme était parvenue à se faire héberger par un couple âgé contre quelques heures de ménages. De mobilité réduite, l’aide de Maude et sa bonne humeur leur permettaient de vivre un peu plus agréablement. Comme ils ne tarissaient pas d’éloges sur sa gentillesse et son savoir-faire, la voisine lui avait confié la garde de ses enfants certains soirs de semaine. Ces heures supplémentaires lui avaient permis d’être indépendante financièrement. Maude s’était alors crue hors d’atteinte. Elle avait coupé le cordon, elle s’était détachée de sa famille, elle était libre. Libre de vivre sa vie comme elle l’entendait, comme elle en rêvait depuis si longtemps.

Mais le passé finissait toujours par vous retrouver.

Les temps étaient durs. Pour tout le monde. Les journaux télévisés ne cessaient de clamer l’explosion du taux de chômage, surpassant tous les chiffres historiques. La crise financière touchait tous les niveaux, tous les secteurs, toutes les personnes. Les entreprises fermaient, d’autres se délocalisaient pour une bouchée de pain, les licenciements s’enchaînaient, les débouchés étaient bloqués. Les pauvres devenaient encore plus pauvres, les riches ployaient sous les impôts. Le pouvoir d’achat se réduisait, chacun resserrait la ceinture. Les associations d’aide humanitaire se trouvaient submergées de demandes tandis que les dons se réduisaient inexorablement. L’économie mondiale tournait au ralenti et s’enrayait : l’affaissement d’un pays entraînait inexorablement la chute de ses voisins. Le monde basculait doucement dans un gouffre sans fin.

A cela, s’ajoutait l’amplification des violences. Les idées radicales se démocratisaient et propageaient la peur et la suspicion, créant d’infernales tensions. Les émeutes dans les villes devenaient courantes et les confrontations avec les forces de l’ordre routinières. Les attentats se multipliaient dans les lieux communs pour de quelconques revendications politiques ou religieuses. La nuit dernière, une bombe avait causé une cinquantaine de morts dans un métro. Celle d’avant, l’explosion d’une voiture piégée devant l’entrée d’une banque avait tué cinq passants. Il devenait rare de ne pas connaître quelqu’un qui avait perdu ou failli perdre un proche dans ce genre d’incidents. C’était une nouvelle sorte de guerre, sans véritable ennemi : les hommes contre l’Homme.

En quelques mois, Maude avait subi tous les désagréments de cette société gangrenée. Après des années de pleurs et de cris, ses parents s’étaient enfin séparés. Ils avaient grossi les rangs toujours plus nombreux des couples divorcés. Durant la procédure, ils s’étaient disputés chaque meuble et chaque euro. Chacun avait tenté d’arracher à l’autre ce qu’il aimait en essuyant de fausses larmes devant le juge. Ses parents s’étaient quittés comme on se déchire, enfouissant les beaux souvenirs pour ne garder qu’une rancoeur tenace. L’important était de dépouiller l’autre, de récupérer la plus grosse part du gâteau. Qu’importait si le conjoint aurait ensuite les moyens de vivre.

Sa mère, Adriana, s’était retrouvée sans argent. Elle n’avait jamais travaillé, « pour s’occuper de ses enfants » affirmait-elle. Pour être proches d’eux, pour passer du temps à les élever. Mais ça, c’était la théorie. Adriana n’avait jamais eu un instinct maternel très développé et ses finances étaient au plus bas. Sans diplôme, elle n’avait aucune chance d’améliorer sa situation dans l’économie actuelle. La sentence du divorce avait pourtant été le partage équitable des biens : mais malgré la flambée de l’immobilier et l’estimation considérable du prix de leur demeure, sa mère n’avait pas voulu quitter sa grande maison. Elle avait gardé un toit sous lequel elle était incapable de vivre.

Elle rappela Maude.

Adriana supplia sa fille, appuyant là où cela faisait mal, pour qu’elle revienne habiter à ses côtés. Une jeune femme vive et intelligente n’aurait pas de soucis pour trouver un emploi contrairement à elle qui était si fatiguée !

Son père n’avait été d’aucun secours. Il avait disparu le lendemain du divorce, sans laisser de mot. Il avait rayé sans scrupule sa fille de sa vie, sans même l’informer de ses projets. Elle n’existait plus pour lui. Alors Maude n’avait pas pu dire non : il lui restait une responsabilité. Un point d’ancrage dans son passé. Une douleur qui ne l’avait pas quittée pendant ses deux années d’absence. Un remord, une source d’amour qu’elle n’était pas parvenue à protéger, qu’elle avait abandonné pour ne pas se perdre elle-même.

Sa petite soeur de 12 ans, Clara.

A elle, Maude devait une vie sans privation, sans peur de ne pas manger le soir. Elle lui devait une vie avec un avenir. Elle était prête à renoncer au sien pour le lui offrir. C’était ça le rôle d’une grande soeur. Pour ça, elle voulut s’endetter pour soulager leur situation financière mais son banquier lui refusa un prêt. La jeune femme apprit qu’elle avait été proclamée caution de sa mère ; elle était devenue un client trop fragile pour bénéficier d’une aide bancaire. Elle entrait dans le cercle infernal de ceux qui ont besoin d’argent et qui ne peuvent pas en demander, contrairement à ceux qui en possèdent déjà.

Maude n’avait plus le choix, elle devait travailler. Maintenant. Malgré ses bonnes notes, elle abandonna sa troisième année d’étude d’infirmière. Elle avait une famille qui comptait sur elle. Une famille estropiée, bancale, mais tout de même une famille. Et puis, Maude savait que Fredis, le patron de la supérette rue des Fauvettes, l’embaucherait. Il avait toujours eu un faible pour elle. Ses rêves et ses espoirs lui échappaient une nouvelle fois.

Elle était partie.

Elle était revenue.

— Maman ! cria Maude en pénétrant dans la maison.

En descendant du taxi, la jeune femme avait trouvé le portillon du jardin ouvert. Elle s’était faufilée entre les buissons laissés à l’abandon pour atteindre la porte. Chaque pas lui avait rappelé des souvenirs qu’elle avait crus oubliés.

Au premier pas, ses yeux s’étaient arrêtés sur le lierre qui s’accrochait aux murs d’un beige terreux. Elle se souvenait du jour où elle avait tenté de grimper avec jusqu’à sa chambre pour éviter le salon dans lequel se disputaient violemment ses parents. Elle s’était écorchée les mains et était retombée à terre. Un deuxième pas l’avait mené à l’arbre sous lequel elle avait trouvé un chaton qu’elle avait nourri en cachette. Sa mère, qui n’en voulait pas, clamait haut et fort qu’elle était affreusement allergique aux poils d’animaux. Pourtant, Adriana portait des manteaux en fourrure. Un troisième pas, et Maude était parvenue sous le porche sous lequel elle s’abritait les jours de pluie, sans oser rejoindre l’arrêt de bus à 10 minutes de là. Ses parents, endormis, ne souhaitaient pas se réveiller expressément pour l’emmener à l’école. Un autre pas et un coup d’oeil à droite sur le jardin, et Maude avait aperçu les traces de l’ancienne balançoire sur laquelle elle s’amusait à pousser Clara sous ses éclats de rires. Elles étaient bien alors, coupées du monde. Son coeur s’était gonflé d’amour et lui avait donné le courage de franchir la porte d’entrée.

— Maman ! insista Maude en tentant de percevoir un mouvement dans la maison.

La jeune femme posa sa valise près de l’escalier et se déchaussa. L’odeur qui régnait à l’intérieur n’avait pas changé : un mélange de renfermé et d’encens à la fleur d’oranger. Maude se rendit dans le salon à pas de loup, une habitude qui visiblement ne l’avait pas quittée.

— Maman ? répéta-t-elle une nouvelle fois.

Une tête jaillit derrière le canapé, la regarda sévèrement et s’exclama :

— Chut, j’écoute !

Et sa mère refixa son attention sur la télévision qui grésillait dans la pièce. Ses paroles lui firent l’effet d’un coup de poing dans le ventre. Maude se mordit l’intérieur de la joue pour retenir un cri d’indignation. Elle ne s’attendait pas à des pleurs de joie ni à des embrassades infinies, mais un minimum d’attention lui aurait réchauffé le coeur. Elle avait tout quitté. Elle avait abandonné ses amis, ses études et ses rêves. Son sacrifice ne lui valait pas même un merci, pas même un regard. La jeune femme eut envie de retourner sur ses pas, de s’emparer de sa valise et d’oublier une fois pour toute cette vie grise et triste.

Au lieu de ça, Maude avança dans le salon et s’accouda sans un mot au canapé.

« C’est une avancée exceptionnelle que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui ! »

Depuis la petite télévision encastrée dans un meuble richement décoré de breloques en faux cristal, la présentatrice d’un quelconque journal télévisé s’égosillait devant une incroyable découverte. Elle parlait de bouleversement de l’ordre mondial, de fin de guerres et de temps de paix. Elle vantait sans discontinuer cette petite révolution capable de mettre de l’ordre dans la cacophonie actuelle des marchés. Les chercheurs s’étaient surpassés, leurs heures d’études n’étaient pas vaines. Tout allait redevenir normal. Un temps nouveau commençait, une nouvelle ère de sérénité et de sécurité allait s’installer. Ils étaient parvenus à créer un vaccin contre les sentiments néfastes qui détruisaient petit à petit la Terre. Un vaccin capable de prohiber les envies de conquêtes, de gloires et de domination.

Adriana poussa un soupir d’extase devant sa télévision, sa fille laissa échapper un sifflement perplexe derrière elle. Puis vint l’explication du procédé.

Le vaccin ne réduisait pas seulement les mauvais sentiments mais toutes les perceptions émotionnelles. Il atténuait de ce fait les peurs et les chagrins, permettait de mener une vie commune sans trouble et sans fausse ambition. Selon la présentatrice et son sourire plaqué, il était la solution miracle contre cette société corrompue. Il résolvait le problème du chômage : les salaires seraient plus stables puisqu’ils suffiraient qu’ils assurent une vie tranquille à leur bénéficiaire pour qu’il en soit satisfait. Il était la réponse aux divorces : chacun serait plus confiant envers l’autre et moins attiré par la chair extérieure. Il signerait l’abolition des attentats : les causes individuelles et extrémistes s’évanouiraient sans la source de haine à leur départ. De façon générale, ce vaccin permettait de faire disparaître les sept péchés capitaux du monde : la paresse en rendant la routine agréable, l’avarice en inhibant les désirs personnels, la colère en permettant de porter un regard calme sur les évènements, l’orgueil en se désintéressant du jugement d’autrui, la gourmandise en ne veillant qu’à ses besoins primaires, l’envie en ne souhaitant que la quiétude universelle.

Des essais cliniques avaient été réalisés avec succès sur des souris. Après traitement, le rythme cardiaque des animaux s’apaisait, même en situation stressante. Les souris vaccinées vivaient sereinement en communauté et ne présentaient plus de caractère dominant-dominée. Un signe évident de bonheur. Fiers de leur réussite, les scientifiques avaient choisi de viser plus haut. Réunissant en secret cents volontaires, ils leur avaient injecté le vaccin et les avait observés pendant deux longs mois. Selon eux, l’essai avait été transformé. Un but en pleine lucarne. Les volontaires faisaient preuve de plus de calme, étaient plus souriants et augmentaient leurs actes de sympathie au quotidien. Ils ne se disputaient plus avec leur conjoint, s’occupaient mieux de leurs enfants et n’étaient plus en retard au travail. Une autre preuve évidente de bonheur. Un des volontaires prénommé Etienne était interviewé à la télévision.

— Vous sentez-vous plus heureux depuis ces deux derniers mois ? questionna un journaliste rondouillard.

Son micro tremblait d’émotion ; en quelques heures, Etienne était devenu l’incarnation de la bonté divine. L’interrogé tourna un regard paisible à la caméra.

— Sans hésitation, dit-il d’une voix détachée.

— Ressentez-vous des effets secondaires désagréables ?

— Aucun.

— Si vous deviez le refaire, feriez-vous le même choix ?

— Oui.

Un argumentaire implacable qui ravit toute la population.

La présentatrice termina son programme en annonçant avec fierté que le gouvernement, enthousiasmé par cette découverte, avait pris une grande décision. Un référendum « pour ou contre » une vaccination générale de la population aurait lieu ce week-end. Maude secoua la tête de dépit redoutant d’avance les résultats. Les référendums étaient devenus monnaie courante ces dernières années. Les gouvernements, incapables de proposer des solutions efficaces face aux dégradations que subissait leur nation, en appelaient au peuple à la moindre occasion. Cela leur permettait de ne pas porter tout le poids de l’échec si la mesure adoptée venait à échouer, ce qui était majoritairement le cas. Le problème, c’est qu’ils plaçaient par la même occasion le pouvoir dans des mains inaptes. Ils l’offraient à des pauvres gens effrayés et affamés, incompétents à se projeter à long terme.

Et ce vaccin, cette décision, pouvait changer le monde plus que toute autre.

La poignée de la porte d’entrée claqua et Clara déboula dans la pièce, le cartable accroché à son dos et un immense sourire au visage. Elle évita à Adriana et Maude un premier face-à-face gênant.

— J’ai vu ta valise dans l’entrée, tu es là ! s’écria Clara avec excitation avant de sauter dans les bras de sa grande soeur.

Maude la fit tourner dans les airs avant de la serrer très fort contre elle. Mon dieu qu’elle avait grandi en deux ans ! La petite soeur qui s’accrochait sans cesse à sa jambe lui arrivait maintenant à la poitrine. Ses cheveux étaient plus courts et ses joues avaient perdu la candeur et la rondeur de l’enfance. En revanche, ses yeux n’avaient pas changé. Ils étaient restés aussi vifs et aussi joyeux que dans son souvenir. Maude l’écarta légèrement et la fit pivoter sur elle-même pour poursuivre son examen.

— Très belle, prononça-t-elle d’un ton professionnel. Je vous fais miss des petites soeurs mademoiselle, félicitation !

Clara éclata de rire et se jeta de nouveaux dans ses bras.

— Tu m’as manqué, lui murmura-t-elle à l’oreille ; et Maude sentit les larmes lui piquer les yeux.

Les deux soeurs se séparèrent sous l’oeil désintéressé de leur mère qui s’était déjà emparée du téléphone pour discuter du fabuleux vaccin avec Mimi, la vieille voisine d’en face. Maude en profita pour attirer Clara vers la cuisine et lui demander de lui retracer tout ce qu’elle avait manqué. Loin de lui en vouloir pour son absence et juste à la joie simple de la retrouver, sa petite soeur débuta son récit. Elle lui raconta tout, du divorce de leurs parents à son premier chagrin d’amour. Maude regretta de n’avoir pas pu la protéger de ces douleurs qu’elle avait elle-même connu. Elle aurait dû être là pour partager ses expériences, ses doutes et ses apprentissages. Alors quand enfin sa petite soeur se tût, elle lui relata sa propre histoire, son sentiment d’étouffement, sa peine à l’abandonner et la nouvelle vie qu’elle avait découverte.

Le lendemain, Maude accompagna Clara au collège et fut émue de la fierté qui rayonnait sur le visage de sa soeur quand elle la quitta devant les grilles de son établissement. Elle lui souhaita une bonne journée, la serra dans ses bras, et avec un pincement au coeur, partie rejoindre la supérette du quartier qui se trouvait deux rues plus loin.

Maude pénétra dans la boutique qui regorgeait d’étagères surchargées de boîtes de conserves et de petits pots en verre. Rien n’avait changé. Ni le désordre ambiant que chaque habitué connaissait par coeur, ni les vieux cadis qui, déjà il y a deux ans, grinçaient sans discontinuer. Ces gens-là ne savaient pas évoluer et perdaient avec l’âge le bonheur simple d’apprendre, de changer, de s’améliorer.

Maude tourna à droite, traversa l’allée des produits d’entretien et trouva sans surprise le comptoir qui l’attendait. Fredis était en train de discuter avec madame Guerin, une vieille folle pas méchante qui affirmait communiquer avec les esprits. Elle s’avança à leur rencontre.

— Bonjour Fredis, bonjour madame Guerin, lança-t-elle comme si elle n’était jamais partie.

Les deux interpelés se tournèrent d’un même mouvement et la fixèrent bouche-bée. Un sourire se dessina sur les lèvres de Fredis qui quitta sa caisse pour venir la saluer.

— Ma petite Maude ! s’exclama-t-il. Ta mère ne nous avait pas dit que tu revenais ! Comment va notre grande infirmière ?

Maude grimaça.

— Elle doit refaire le plein pour pouvoir terminer ses études, répondit-elle avec un sourire contrit.

Parfois, un mensonge valait mieux que la vérité.

Fredis hocha la tête, comprenant immédiatement l’allusion. Il fit mine de réfléchir tout en jouant avec son alliance.

— Mmmh, peux-tu repasser demain ma belle ? Nous en discuterons ensemble. Je te trouverais bien quelque chose à faire, il ne faudrait pas que notre vedette s’arrête en si bon chemin !

— Tu es mon sauveur ! lui répondit-elle.

Maude serra Fredis dans ses bras. L’odeur de sueur de l’homme, camouflé par un déodorant trop fort, piqua le nez de la jeune femme. Ne voulant pas s’attarder, Maude lui acheta un paquet de chewing-gum et quitta la boutique. Dès le pas de la porte franchit, ses muscles se relâchèrent. Elle n’avait pas eu conscience d’être aussi tendue. Elle s’accouda à une rambarde et respira calmement. Pour la première fois depuis un an, l’envie de fumer une cigarette se fit pressante. Au lieu de ça, elle attrapa un chewing-gum et le mastiqua sauvagement.

Le lendemain, Maude revint au magasin. Fredis lui donna un vieil uniforme vert, et la jeune femme commença à ranger le stock de l’arrière-boutique dans les rayonnages. Ces dernières années, Fredis se débrouillait avec sa femme pour effectuer ce travail, mais il lui assura qu’un peu de repos ne leur ferait pas de mal. Pendant qu’elle portait, déballait et ordonnait chaque produit, il la couva d’un regard douteux.

Quand elle eut fini, fatiguée et les bras lourds, Maude se changea et encaissa les revenus de sa journée. Sur le chemin du retour, elle passa au collège récupérer sa petite soeur. Clara se fit une joie de lui raconter sa journée en détails et Maude rit de bon coeur en l’entendant critiquer un vieux professeur d’histoire, complètement déboussolé, qu’elle avait également eu des années auparavant.

Les deux sœurs arrivèrent rapidement chez elles. La maison était vide ; leur mère devait encore traîner chez une quelconque voisine, mangeant gâteaux et friandises en échange des derniers ragots. Maude accrocha son sac au porte-manteau pendant que sa sœur filait sans attendre dans sa chambre. La jeune femme se laissa tomber sur le canapé avec un soupir de soulagement. Ses épaules la tiraient d’avoir porté de lourdes charges, et ce n’était rien comparé au fait d’être restée debout toute la journée. Ses pieds étaient en compote ! Elle s’empara de la télécommande.

— Clara, tu m’appelles si tu as besoin d’aide pour tes devoirs ! cria-t-elle en direction des escaliers, avant d’allumer la télévision.

La télécommande en main, Maude zappa quelques chaînes. Son attention fut enfin captée par une émission d’informations. « Le référendum qui se déroulera demain sera sans aucun doute le référendum le plus important de l’histoire ! Va-t-on vacciner toute la population grâce au remède miracle mis au point par nos chers scientifiques ? » clamait un présentateur stéréotypé, le regard fixé sur une audience imaginaire. « Ce référendum se tiendra dans tous les pays démocratiques de la planète, et même dans de nombreuses monarchies et dictatures ! C’est E-NOR-ME ! Demain, le sort du monde sera entre vos mains, alors citoyens, n’oubliez pas de voter ! »

Dégoûtée, Maude changea de chaîne. On parlait d’une question capitale comme d’un vulgaire jeu de loto : « Demain, c’est la Super Cagnotte ! N’oubliez pas de gratter votre ticket pour changer votre destin. Devenez un homme heureux, l’avenir est vôtre ! ». Beurk ! Il n’empêchait que toute cette histoire lui faisait un peu peur. Bien sûr, les solutions qu’apportait le vaccin la fascinaient. Elle souhaitait comme tout le monde que son époque retrouve un peu de sérénité. Il y a six mois, c’était un vieil ami d’enfance qu’elle avait perdu. Criblé de dettes, il avait préféré se défenestrer plutôt que de se résoudre à abandonner son appartement aux huissiers. Des drames comme ça devenaient trop communs, et leur généralisation les rendait encore plus courants. Encore un cercle sans fin.

Pour pouvoir mettre fin à ce genre d’événements, Maude aurait tout donné.

Tout !

Ou presque… Elle avait peur qu’avec ce vaccin, ce soit leur humanité que les hommes abandonnent. Ce petit plus qui leur faisait accomplir le pire mais aussi le meilleur. Elle avait peur de ne plus être elle-même, elle avait peur des effets secondaires, elle avait peur de ne pas pouvoir revenir en arrière une fois le vaccin effectué. C’était trop… Brutal. Trop décisif. Trop absolu. Mais le monde avait encore plus peur qu’elle, et beaucoup de personnes seraient prêtes à se perdre pour se sauver.

Maude finit par monter se coucher. Les marches de l’escalier grincèrent sous ses pas. Sa mère n’était pas encore revenue ce qui n’avait rien étonnant. Adriana vivait le soir quand ses relations revenaient chez elles après leur journée de travail. Le matin, au contraire, elle paraissait dans sa chambre jusqu’à midi.

Maude se brossa les dents avant d’enfiler sa nuisette. Ainsi vêtue, elle frissonna et s’enfouie rapidement sous la douce couverture bleue qui recouvrait son matelas. Alors qu’elle commençait à s’endormir, Maude entendit gratter à sa porte.

— Je peux entrer ? murmura Clara par l’entrebâillement du bâtant.

— Bien sûr, viens ! Tu n’arrives pas à dormir ?

— Non…

Clara grimpa sur le lit et s’allongea près de sa grande soeur.

— Je veux pas être vaccinée, annonça-t-elle d’un ton catégorique après un long silence. Les autres, ils disent que c’est bien, que le monde ira mieux, qu’on sera plus heureux !

— Qui sont les autres ? souffla gentiment Maude.

— Les élèves, ma classe, mes amis ! Même certains de nos professeurs ! Tout le monde ! Tout le monde se réjouit de ce vaccin !

— Et tu ne veux pas être plus heureuse, toi ?

— Si, bien sûr ! Mais comment être plus heureux si on ne ressent plus le bonheur ? Si je suis aussi contente d’acheter une baguette de pain plutôt qu’un réglisse ? C’est nul !

Les yeux de Clara se firent inquiets.

— Et si je devenais indifférente à tout ? A toi ? Si nous devenions seulement deux personnes habitant sous le même toit ?

Maude ébouriffa tendrement ses cheveux.

— Tu crois vraiment pouvoir te débarrasser de moi aussi facilement ? l’interrogea-t-elle avec un air faussement sceptique. Maintenant que je suis de retour, tu vas devoir me supporter encore un peu !

Et Maude s’empara de sa petite sœur qu’elle fit basculer près d’elle pour lui faire des chatouilles. Clara partit aussitôt dans de grands éclats de rire.

— Et là, tu le ressens le bonheur ?

Puis elle se pencha à son oreille et chuchota :

— Rien ne peut nous séparer ma petite soeur chérie !

Mais les paroles de Clara résonnaient encore dans sa tête.

Et son ventre était noué.

Maude poussa la porte de la supérette pour le deuxième jour consécutif. Les courbatures de la veille tiraillaient son corps. Déjà cette routine inintéressante la remplissait d’horreur. Elle se força à se souvenir du sourire de Clara la veille au soir. Elle aurait pu déplacer des montagnes pour contempler ce sourire-là. Ce n’était pas quelques cartons remplis de conserves qui lui feraient peur !

Elle avait déjà revêtu son vieil uniforme lorsqu’elle vit Fredis s’approcher d’elle.

— Alors ma belle, tu t’en sors ?

La jeune femme hocha la tête et s’empara d’une boîte d’haricots qu’elle plaça en rayon.

— Tu sais, continua-t-il, si tu as le moindre souci, je peux t’épauler. C’est important de savoir se soutenir les uns les autres. Ces idiots qu’on voit à la télé se faire tuer pour un oui ou pour une crotte, ils l’oublient trop ! Au lieu de se faire exploser la cervelle, il ferait mieux de donner de leur temps à ceux qui en ont besoin !

Maude tourna un visage surpris vers Fredis. Elle n’imaginait pas qu’un tel homme puisse défendre les mêmes idées qu’elle. Elle étudia son visage rougeau, sur lequel quelques gouttes de sueurs luisaient déjà.

— Tu as raison, prononça-t-elle prudemment, tout en continuant son rangement.

— Je le savais ! approuva-t-il satisfait. Tu vois, c’est comme ma femme. Elle est toujours à se plaindre qu’elle travaille trop, que le commerce ne rapporte pas, qu’elle ne peut pas s’acheter du maquillage. Mais tu vois, au lieu de geindre, elle devrait s’occuper des honnêtes gens, à commencer par moi ! C’est important que les femmes s’occupent des hommes, c’est un premier pas vers la paix !

Le visage impassible, Maude se retint de feindre de vomir tant ce discours l’écoeurait. Les yeux luisants qu’il tournait vers elle étaient sans équivoque. Tout comme la fermeture de son jean qui menaçait d’exploser et qu’il affichait fièrement. Il fit un pas vers elle.

— Tu n’es pas d’accord avec moi ? lui demanda-t-il d’une voix mielleuse.

Maude posa la dernière boîte d’haricot, et le regarda dans les yeux :

— Non.

La jeune femme se détourna de lui pour récupérer un nouveau carton dans la réserve. Lorsqu’elle s’engagea de nouveau dans l’allée, Fredis avait disparu. Elle avait gagné quelques jours de répit. Mais pour combien de temps ?

Lorsque Maude sortit de la supérette en fin d’après-midi, tous les haut-parleurs de la ville scandaient le même refrain : « N’oubliez pas d’aller voter ! Vous pouvez guérir le monde, le destin est entre vos mains ! Votez ! ». La jeune femme s’empara de sa boîte de chewing-gum et en mâcha vigoureusement un. Elle était énervée. Enervée contre le comportement de Fredis, énervée contre sa mère, énervée contre ses amis qui n’avaient pas pris de nouvelles depuis qu’elle était rentrée. Elle était énervée contre ce pays qui se disait démocratique et qui incitait sa population à se faire vacciner par des messages publicitaires scandaleux. Elle était énervée que personne ne se rende compte de cette manipulation évidente, ou que personne n’ait la force de protester.

Elle était énervée contre elle car elle aurait dû protester.

Maude était assise sur le canapé, devant la télévision. Le dossier un peu dur accueillait son dos fatigué. Sa petite sœur avait la tête posée sur son épaule et envoyait un message sur son portable. Ses petits doigts volaient d’une touche à l’autre sans hésitation. A côté d’elles, leur mère trônait dans le fauteuil de style indien de la maison. L’excitation brillait distinctement dans ses yeux. Dans moins de 10 minutes, les résultats officiels du référendum tomberaient. Les pronostics annonçaient le « oui » gagnant ; une majorité écrasante était attendue. Comment conforter les hésitants dans un choix douteux : leur assurer qu’il était le choix de la majorité ! La majorité n’avait-elle pas toujours raison ? Des millions de personnes unanimes étaient la preuve concrète, solide et irréfutable d’une décision saine et juste. Maude avait envie de vomir.

« Les résultats des pays voisins commencent à tomber ! Et c’est un « oui » à 71% chez nos amis italiens ! Incroyable ! Serait-ce la fin de tous nos problèmes ? Mais attendez, on m’annonce les résultats de la Croatie ! La Croatie s’est également prononcée favorablement à la vaccination ! Ses habitants ont voté à 54% pour qu’une nouvelle ère débute ! Une ère de sérénité et de sécurité ! »

La présentatrice TV s’en donnait à coeur joie pour annoncer les premiers résultats des référendums. Ses suspens, exclamations et faux rires étaient dignes d’une qualification pour les Jeux Olympiques. A chaque nouvelle annonce, le coeur de Maude cognait dans sa poitrine. C’était un cauchemar. Clara s’était redressée et fixait l’écran de télévision. Leur mère tapait des mains comme une enfant de 5 ans. Pathétique.

« Et maintenant le moment tant attendu… Nos propres résultats ! Dans 10 secondes nous serons si notre avenir sera fait de jardins, de rivières et de promenades, ou si les attentats et les divorces resteront notre pain quotidien…. Mais il ne reste plus que 4 secondes ! 3… »

C’était perdu d’avance ; pourtant, Maude serrait l’accoudoir à s’en blanchir la peau.

« 2… »

Clara étouffa un gémissement, ses mains tremblaient sur ses genoux.

« 1… »

Maude s’empara de la main de sa petite soeur et lui fit un sourire crispé.

« Et c’est gagné ! 87% de oui ! C’est tout bonnement inimaginable ! Ce soir, je suis fière de mon pays ! Je suis fière et heureuse ! Remercions une nouvelle fois nos scientifiques qui ont accompli un travail merveilleux ! Aujourd’hui, nous avons donné voix à la science, et la science chante ! N’oubliez pas demain d’aller chercher vos vaccins ; mais ne vous inquiétez pas, il en aura pour tout le monde ! Je vous rappelle que vous avez maintenant une semaine pour vous faire vacciner. N’attendez pas le dernier moment ! Ah, nous vivons vraiment un moment historique, c’est incroya… »

CLAP. La télévision s’éteignit brutalement. Maude pivota vers Clara qu’elle trouva immobile, la télécommande encore tendue devant elle. Un silence sans faille engloutit la pièce. Alors c’était fini ? Déjà ? Juste comme ça ? Dans une petite semaine, le monde aurait basculé ? Leur mère expira. Inspira. Cria.

— Rallume tout de suite la télévision ! Es-tu folle petite sotte ? Nous vivons un moment historique, n’as-tu pas entendu ? Je veux faire partie de ce moment !

Avant que Clara n’ait pu faire un mouvement, Maude s’empara de la télécommande et se leva.

— Maman, tu me dégoutes, lâcha-t-elle. Tu crois que tu seras plus heureuse avec ce vaccin ? Tu crois que papa reviendra ? Tu crois que tu seras libre de ne pas travailler ? Que tu n’auras plus de problème d’argent ? Tu n’as jamais su voir le bonheur. Tu es aveugle. Tu ne fais que te cogner aux murs, puis reprocher aux murs d’être là. Mais maman, les murs sont faits pour nous guider et nous protéger ! Il suffit de les voir et de les escalader pour trouver le soleil ! Tu crois que ce vaccin t’amènera le soleil ? Tu passeras simplement d’une vie noire, à une vie de brouillard. Je ne veux pas d’une vie grise. Je veux une vie faite de rose vif, de jaune criard, de vert pastel et de bleu cyan. Je veux que ça scintille, que ça flambe, que ça chante ! Tu crois que je me leurre ? Que je suis une de ces stupides utopistes responsables de la décadence de ce monde ? Que je vais bientôt te parler de Dieu, de la foi et de l’amour ? Tu ne sais pas aimer. Si les gens aimaient un peu plus, nous n’en serions pas là. S’il existait un peu plus d’empathie et de bienveillance dans ce monde, nous n’en serions pas là. Crois-tu qu’on résout un problème en le camouflant ? Non, on tente de le comprendre, on l’analyse, on essaye de trouver un remède. Parfois on trébuche, on rate, on passe à côté. Et alors ? La vie est faite d’essais ! Puis un jour, on trouve une solution, et le problème disparait. Et on en ressort grandi. Tu crois qu’on sera grandi une fois vacciné ? Une fois amputé de nos sentiments ? Une fois privé de nos émotions ? Non, on rapetissera. On stagnera dans un état inférieur sans plus chercher à s’améliorer. Ce vaccin, c’est ne pas reconnaître la valeur humaine. C’est ne plus croire en nous. En ce que nous pouvons accomplir. C’est nous avouer trop faibles pour faire changer le monde. Nous ne sommes pas faibles.

Nous sommes désabusés. Mais on ne soigne pas une perte de confiance avec des médicaments. Ou un vaccin. On la soigne avec de l’amour. Avec de la joie. Avec de la confiance. Et au lieu de ça, nous allons supprimer notre amour, notre joie et notre confiance ! Et tu en es satisfaite ?

Maude posa brusquement la télécommande sur l’accoudoir du canapé. Les yeux de sa mère étaient écarquillés, sa bouche entrouverte. Pour sûr, toutes les voisines sauraient demain que sa fille avait perdu la tête.

— Je ne me ferais pas vacciner et Clara non plus, assena-t-elle avec force. Je ne veux plus entendre parler de ce référendum. Maintenant, nous allons nous coucher. Bonne nuit.

Et Maude tourna les talons.

Maude dormit très peu cette nuit-là. Ce fut les yeux rouges du manque de sommeil qu’elle engloutit ses tartines beurrées avant de se rendre à la superette. Fredis fredonnait à sa caisse et ne daigna pas se retourner lorsque la sonnette de l’entrée retentit. Au fil de la journée, un joyeux brouhaha secoua les allées de la boutique. Hommes et femmes se montraient avec fierté le vaccin qu’ils venaient de se procurer à la pharmacie. Maude apprit que la queue pouvait durer plusieurs heures ; tous les commerces étaient pris d’assaut. Stupides moutons qui se jetaient dans la gueule du loup en courant. L’injection du vaccin revêtait des airs de cérémonies divines, chacun allant de son rituel : une femme souhaitait que son mari lui administre son vaccin directement dans le cœur, une autre organisait un dîner digne de Thanksgiving avant le grand pas ; un étudiant aux longs cheveux expliquait à sa petite amie quelle chanson devait résonner au moment fatidique tandis qu’une enfant de dix ans demandait à son père d’être déguisée en princesse pour avoir moins peur de la piqûre.

La jeune femme ferma derrière elle la porte de la supérette avec soulagement. Plus d’idioties naïves à écouter sans réagir, sans protester. Elle leva la tête et laissa le soleil baigner son visage. Il était encore tôt dans l’après-midi et aucun nuage ne menaçait l’horizon. Elle avait quelques heures à occuper comme bon lui semblait. Une délivrance. Comme il était hors de question de rentrer chez elle, Maude s’en alla déambuler dans la ville. Elle brancha ses écouteurs et la musique se mit à crier dans ses oreilles. C’était ça se sentir vivant. Un souffle d’air frais sur la peau, le soleil qui vous réchauffe le dos et une chanson qui vous pousse à danser en pleine rue.

La chanson Locked away débuta tandis que la jeune femme s’engageait dans l’allée pavée du centre-ville. Elle adorait cette musique. Pour son air, pour ses paroles, pour les émotions qu’elle provoquait en elle. Un coup d’oeil derrière elle lui apprit qu’elle était seule. Les boutiques de vêtements qui jalonnaient la rue n’accueillaient que de rares clients. Maude commença à chantonner « If I got locked away and we lost it all today... Tell me honestly, would you still love me the same? ». Ses doigts pianotaient en rythme sur son manteau bleu. Une grand-mère sortit d’une banque à quelques mètres de là et lui jeta un regard suspicieux. Avec un sourire ironique, Maude monta le son de son portable. Un sentiment de liberté et d’invulnérabilité l’envahit. Comment pouvait-on se priver de plaisirs aussi simples ? Oui, ses écouteurs étaient réglés sur un volume trop élevé. Oui, elle aurait dû davantage être attentive à son environnement extérieur. Alors quoi, une fois vacciné plus personne ne chanterait dans la rue pour le bonheur des passants ? Plus personne ne danserait sans raison ? Plus personne ne taguerait les murs de cette ville grise, pour lui redonner des couleurs ?

Une porte métallique apparut au détour d’une ruelle et révéla un humble square, bouffée de verdure dans un univers de béton. Maude s’introduisit à l’intérieur. Elle esquissa quelques pas de danse d’une improvisation épouvantable ; la musique chantait follement dans ses oreilles. Un chat dormait en boule sur le premier banc en bois du jardin. Réveillé par les gesticulations de la jeune femme, il releva la tête et lui souffla mécontent dessus. Maude pouffa. Tiens, enfin un qui était de la même humeur qu’elle, en cette journée de bêtise collective. Elle tendit la main pour le caresser mais l’animal s’échappa, outré d’une telle atteinte à sa solitude.

– Toi, tu devrais te faire vacciner, tu serais plus facile à câliner ! lui glissa-t-elle avec ironie.

– Et sa liberté de chat dans tout ça ? prononça une voix derrière elle.

Maude sursauta. Coupée du monde par sa musique, elle n’avait entendu personne approcher. Arrachant ses écouteurs, elle se retourna vivement.

– Quoi ? demanda-t-elle bêtement, le cœur tambourinant.

Des yeux marrons sombres. Très sombres. Un sourire désabusé. Un visage agréable. Des cheveux bruns en bataille. Un manteau en cuir noir. Il la regardait de haut, les mains coincées dans les poches d’un jean usé. Il la fixait avec condescendance, notant ses cheveux attachés en vitesse, son visage tiré et sa tenue négligée. La vie aimait s’amuser. Vous souhaitez un exemple ? Sortez en pyjama faire vos courses un samedi matin, vous croiserez le beau voisin que vous ne voyez jamais. Ne vous maquillez pas un vendredi au bureau, et vous mangerez avec votre collègue le plus sexy. C’était ça l’ironie du sort. L’incroyable sens de l’humour de la vie. Hilarant. Il fallait le voir, Maude se tordait de rire intérieurement. Très, très intérieurement.

– Sa liberté de chat ? répéta l’inconnu. Tu vas le faire vacciner sans lui laisser le choix pour qu’il marche dans les rangs et qu’il rassure ta petite conception du monde, comme quoi les chats doivent se faire caresser. Et s’il n’en a pas envie ? Et si ce chat déteste les caresses et que ce qui le rend heureux, c’est d’être seul et de dormir toute la journée ? Sur ce, tu arrives, et tu déclares qu’il n’est pas normal. Qu’il faut le vacciner pour le ramener à cette normalité, celui des chats qui aiment les caresses. Tout doit filer droit. Tu vas rendre ce chat malheureux pour ton propre bonheur ; et tu clameras être généreuse. Tu me navres.

Maude resta bouche bée. Tout le monde était devenu fou ou quoi ? Pourquoi prenait-il une voix si dédaigneuse pour lui parler ? Elle n’avait rien fait du mal. Elle n’avait même pas touché ce pauvre chat ! Elle s’accordait deux heures de liberté dans sa triste vie et on l’attaquait. Sans raison, gratuitement. La jeune femme se redressa. Beau ou pas, il pouvait aller se faire voir.

– Je vois que l’ironie t’est étrangère. Si tu as envie de déverser ta colère, va plutôt agresser la file de crétins devant les pharmacies. Maintenant, si tu me le permets, je vais remettre mes écouteurs histoire de ne pas entendre plus de bêtises, j’en ai déjà eu ma dose aujourd’hui !

Maude récupéra les écouteurs qui pendaient le long de sa jambe. Elle était de nouveau énervée. Elle allait finir par le faire ce vaccin, histoire de ne plus se rendre compte qu’elle était entourée d’idiots. Vivre dans un brouillard épais. Une bienfaisante indifférence envers le monde. 

L’inconnu lui posa la main sur son bras.

– Je suis désolé, je n’avais pas à te parler ainsi. J’ai eu une dure journée.

Des yeux marrons sombres. Très sombres. Un sourire désabusé. Une main chaude contre la manche de son manteau. Et le coeur de Maude se mit à jouer un solo de batterie. Aujourd’hui, des milliards de personnes allaient abandonner leur faculté de ressentir une telle émotion. Incontrôlable, forte, splendide et complètement stupide, il est vrai. Comment pouvait-on renoncer au plaisir pour la seule promesse de ne plus souffrir ?

– La mienne n’a pas été un cadeau non plus ; mais j’aimerais qu’elle dure indéfiniment, répondit-elle. J’ai peur de me réveiller demain.

La déclaration avait franchi ses lèvres sans qu’elle n’y réfléchisse. La jeune femme expira. Cela faisait du bien de le dire. Elle ne s’était pas rendu compte à quel point cette confession était restée coincée dans sa gorge. Ce n’était ni avec Fredis, encore moins avec sa mère et sûrement pas avec sa soeur qu’elle allait parler de ses craintes. Le jeune homme se contenta de l’observer un peu plus attentivement. Les cheveux en queue de cheval et le visage sans une trace de maquillage, Maude devait offrir un bien pauvre spectacle.

– J’ai peur qu’on devienne des zombies, continua-t-elle. Des zombies contrôlés par un gouvernement réveillé. Ou des zombies contrôlés par des zombies. Je ne sais pas ce qui est le pire. J’ai peur de ne pas pouvoir protéger ma petite soeur. J’ai peur que la vie n’ait plus de sens. J’ai peur de perdre mes amis et de ne même pas le regretter. J’ai peur qu’on me vaccine de force, et que je me retrouve moi aussi sans plus de sentiments. Ne plus être qu’une version atténuée de moi-même. J’ai peur de ne jamais réaliser mes rêves. Suis-je la seule à avoir peur ?

Maude planta ses yeux dans le regard sombre de l’inconnu.

– Pourquoi personne ne proteste-t-il ?

Un silence ponctua sa question. Le portillon en fer du square grinça, malmené par une bourrasque de vent. Une mèche de cheveux s’échappa de son élastique et vint lui caresser la joue.

– Je suis seule, conclut-elle.

– Tu ne l’es pas.

Des larmes effleurèrent ses paupières.

Pour ne pas s’écrouler, Maude s’était rapidement construit des barrières derrière lesquelles elle enfouissait ses sentiments. Seules les deux années passées loin de sa famille avaient été d’une joyeuse simplicité, son entourage étant d’une chaleureuse bienveillance à son égard. Ces derniers jours, elle avait de nouveau revêtu son armure et armé son coeur d’acier. Sentir de nouveau une présence compréhensive à ses côtés la déconcertait et ébranlait son mur intérieur.

– Tout le monde n’est pas satisfait de ce vaccin, ajouta l’homme, crispé. Je ne le suis pas. Je ne me ferais pas immuniser contre les soi-disant malheurs de ce monde. Nous sommes responsables de notre société et je préfère l’assumer que de me défiler en devenant un légume pensant.

Le jeune homme s’écarta imperceptiblement de Maude, enfermé dans une colère retenue. La jeune femme avait toujours été douée pour comprendre les gens qu’elle rencontrait : d’où ils venaient, quelles valeurs ils suivaient, ce qui motivait leur vie et ce qui les touchait. Cette faculté l’avait conduite à réaliser ses études d’infirmière. Avec lui, elle nageait dans des eaux troubles qui se faisaient tantôt chaudes et accueillantes, tantôt glaciales.

– Tu préfères donc agresser de pauvres filles dans la rue pour les dissuader de se faire vacciner ? plaisanta-t-elle pour le détourner de ses sombres pensées. Je dois te dire que ton argumentation mérite quelques améliorations.

Comme il ne réagissait pas, elle lui tendit la main.

– Maude, prononça-t-elle. Maude Bazin.

Devant son regard circonspect, elle sourit et précisa :

– Comme ça, nous ne sommes vraiment plus seuls.

Le jeune homme saisit sa main. Elle était chaude et légèrement calleuse.

– Nathan.

Simple, efficace. Le message était clair.

– Je vois que les présentations sont courtes, je vais y aller avant qu’on ne me soupçonne d’appartenir à la CIA, ou pire, à la ligue des justiciers !

Le visage du jeune homme se détendit et un rire sortit de sa gorge. Il la fixa avec curiosité, comme s’il s’efforçait de comprendre son fonctionnement. Il allait devoir s’accrocher, même elle n’était pas convaincue de se comprendre. Nathan s’écarta finalement pour lui libérer le passage.

– Je ne te retiens pas plus. Veuille à ne pas te faire vacciner, jolie Maude.

La jeune femme hocha la tête et s’éloigna, sans ajouter un mot.

Un sourire ravi restait accroché à ses lèvres.


Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Paul-H BENOIT
Un très beau chapitre très bien écrit et assez poignant. Bravo !
Portrait de Evoa
Merci beaucoup Paul !! 🙌 Si je parviens à transmettre des émotions, je suis contente.
J'espère que la suite te plaira !
Portrait de Aeliana
Très très sympa vraiment !

J'ai relevé deux phrases qui m'ont un peu fait tilt :

"Elle commençait à se détourner lorsque l’inconnu lui posa la main sur son bras."

"ajouta véhément l’homme"

J'aime beaucoup tes idées et j'ai hâte de découvrir la suite :)
Portrait de Evoa
Merci Aeliana pour avoir pris le temps de me lire et de commenter !! C'est top. 😆

J'ai modifié tes 2 remarques pour améliorer le texte :
"Une bienfaisante indifférence envers le monde.
L’inconnu lui posa la main sur son bras."

"– Tout le monde n’est pas satisfait de ce vaccin, ajouta l’homme, crispé"

Mille mercis !
Portrait de Evoa
Vous avez aimé ? Vous voulez en savoir plus ? Ou au contraire vous avez des commentaires, des interrogations ? N'hésitez pas à me les partager, je suis à votre écoute. :) Merci de m'avoir lue les Factoriens !