Prologue | 404factory
Fanel

Prologue

Planéte : XV7952PR8 : Magma


J’observais ma cible. C’était un homme aux cheveux noirs de taille moyenne, peut-être 1 m 75. Il était vêtu d’un kami aux couleurs pastelle orangés, ayant des broderies dorées. Il marchait vers son bureau de bois rouge, trois gardes du corps imposant restaient sans cesse à ces côtés. Cela faisait déjà trois interminables journées que je patientais…

« Haaahaaaa » soupirais-je intérieurement, quand aurais-je fini ce Job ? C’est mon dernier travail, cela faisait maintenant 40 longues années que je pratiquais ce métier, j’avais bien mérité de prendre ma retraite et de profiter de la vie.

Dans un mouvement lent, j’activais la puce sur ma tempe, le dossier mémoriel apparut, en réalité augmenter, devant moi.

Ma cible était Edgard Morto, un prince de la pègre de cette planète, Magma. Il était coupable de kidnapping, viols et meurtres multiples.

Son organisation avait commis d’innombrables enlèvements d’humanoïde de sexe féminin de la race Elvien et Crémess. Edgard avait le poste de gestionnaire de « l’éducation au travail » des filles… Autant dire qu’il était le proxénète principal et dressait les putes pour les rendre dociles à coup de viol et de drogue…

J’ai été envoyé par la CCGH (Coalition des Colonies Galactiques Humaine) pour me charger de ce « problème » proprement.

Aujourd’hui, je fêtais mes 54 ans, ça faisait pile-poil 40 ans que j’ai commencé dans ce business.

Étant un enfant abandonné, j’ai été recueilli dans un centre de formation de la coalition, à l’âge de 14 ans j’avais subi une modification de mon génome, j’ai ainsi, obtenu certaines capacités, les gens comme moi, les personnes qui ont été modifiées au niveau des exons par épissage du génome sont appelées des « ESPers » issu de l’acronyme E.S.P (ExtraSensory Perception)

Ma cible, ici présente, faisait partie de cette catégorie, mais profitait de son potentiel pour faire le mal, et c’est dans ces moments-là que j’intervenais, moi ou un autre agent de la Section Ambivalente de Neutralisation Génominal, soit la branche SANG.

Edgard fut classé D. glace, C. Télékinésie, E. sang.

Les éspers sont classés de la lettre E (minimum) à S (maximum), dans cet ordre : E., D., C., B., BB., A., AA., S., SS., SSS, suivie de leurs capacités, ainsi on peut appréhender la force d’un individu plus rapidement.

Si je devais résumer, mon client est faible avec son pouvoir de glace, moyen faible avec sa télékinésie et très faible avec la manipulation du sang.


J’aperçus les trois gardes quitter la pièce, il restait seul dans son bureau ?

Bien, c’était ma chance !

Dès que le dernier des gardes fut sorti de la pièce, en fermant la porte derrière lui, je lâchais la prise que j’avais sur l’ombre du plafond à renfoncement et je tombais sur le criminel.

Surpris, il ouvrit la bouche pour crier !

Trop tard, d’un geste rapide, mon pouce vint de lui enfoncer la trachée, coupant ainsi toute utilisation de ces cordes vocales.

Il bondit en arrière s’écartant de la menace que je représentais pour lui. Un fin filet de sang coulait de sa bouche, il me fît face.

Je lui bloquais la route pour sortir de la pièce. Il saisit des objets dans la pièce à l’aide de son pouvoir télékinétique et me les jeta dessus. J’esquivais avec aisance un cendrier et une lampe de chevet. Je m’approchais rapidement de lui.

Il n’eut pas le temps de se concentrer à nouveau pour m’attaquer à distance, j’étais déjà à sa portée.

Il fit un sourire de vainqueur et me donna, rapidement, un coup à l’épaule, tandis que je lui infligeais un coup de poing brûlant dans l’estomac.

Il a sans doute cru que j’étais un mec lambda…

Il s’écroula au sol se tordant de douleur, son organe digestif devait être en train de cuire et sa bille devait bouillir en ce moment même.

Je regardais mon épaule, gelée par un bloc de glace.

Je la fais fondre rapidement avec ma main disponible, avant de me diriger vers l’asticot se tortillant de douleur au sol, sur carrelage du bureau.

En silence, je sortis un poignard à induction et lui plantais dans la base de sa nuque, la chaleur lui cuisant le cerveau dans un gémissement à peine audible, étouffé par ma main en bâillon.


J’entendis des bruits de pas se précipiter vers le bureau. Je sautais au plafond en m’accrochant à l’ombre entre les poutres et me fondis dans celle-ci.

Je n’avais plus qu’à attendre qu’il y eut moins d’activité pour sortir d’ici, mission accomplie !


Le soir même, je sortis enfin de cette demeure après une mission de 3 jours et demi, je n’en pouvais plus…

Je me faufilais dans l’ombre des arbres, sans que personne, pas même les vigies juste devant moi, ne me remarqua, je sautais au-dessus du mur qui entourait la villa.

J’appuyais sur le bouton à reconnaissance digitale, la cagoule intégrale s’ouvrit et se replie dans un collier au niveau de ma nuque. Laissant découvrir mes cheveux sel et poivre, je soupirais en regardant autour de moi.


« Où ai-je garé le track ? Haaahaaaa, j’espère que ce n’est pas alzheimer qui me guette sinon il va falloir que je fasse des séances de régénération des cellules à l’hôpital… »

Front plissé, par les rides de mon âge, je cherchais un moment avant de trouver le véhicule, une cabine sombre avec des finitions de LED rouge en forme de vague sur les côtés plats e la boite.

Je m’approchais du moyen de transport, un scanner de visage et rétinien me numérisa automatiquement et la tourelle s’ouvrit.

Je montais à l’intérieur avec un sourire.

« Ça y est, il est temps de rentrer. »


Après, un court voyage, je sortis du Track, ma combinaison noire prit l’apparence d’un jean avec des baskets noir et rouge et sur mon torse un t-shirt moulant de couleur blanche avec marqué en gros le slogan ZÉRO, laissant découvrir mes bras dénudés et musclés.

J’estimais être bien conservé pour mon âge, c’est parce qu’il n’y avait jamais eu de relâchement dans mes entraînements quotidiens, du moins, quand je n’étais pas en mission.

Autour de moi, la foule semble courir dans tous les sens, j’étais arrivé au terminal des navettes pour rejoindre le spatiotéléporteur se trouvant en orbite autour de la planète Magma.

Je montais rapidement dans le premier vaisseau. Grâce à ma puce d’identification de la CCGH, je n’avais pas besoin de réservation.


Assis dans la navette, j’appuyais sur ma tempe, le bureau de mon IA de soutiens apparut. Je fis glisser devant moi les différentes nouvelles et je regardais mes mails.

« Sérieusement 25 mails ? Ça ne fait que 3 jours et demi de planque ! Lâchez-moi un peu les mecs… Vous allez faire comment maintenant que je suis en retraite ? », murmurais-je pour moi-même.

Je décidais de reporter l’ouverture des mails, ça faisait deux jours sans sommeil. Certes, les vitamines et protéines fournies par ma combinaison me permettaient de ne pas dormir, mais c’est dangereux pour la santé de ne pas dormir. C’est ce que répétait sans cesse ma défunte épouse.


En pensant à ma femme, je me sentis nostalgique et déprimé.

« Merde, ne pense pas à ça ! »

J’appuyais sur un dossier de mon espace virtuel et des photos et vidéos apparaissaient devant moi. Deux petites filles de 4 ans avec des couettes, des jumelles rouquines aux tâches de rousseur multiples sur le visage, contrastant avec leurs petits yeux bleu clair, presque transparent.

Je souriais, j’étais aux anges, elles étaient si mignonnes, elles ressemblaient à leur mère, à leur âge.

« Dès que je rentre, la première chose à faire est d’aller embrasser mes choupinettes, dis-je pour moi-même.

— À moins que je n’aille leur acheter un petit quelque chose ? Ha non, non, Marie va encore m’engueuler si je ramène des jouets, je restais pensif avant de conclure.

— De toute façon, c’est le bonheur des grands-parents, elle n’a rien à dire si je veux gâter mes petites filles ! », affirmais-je avec un hochement de tête.


Une fois arrivé au spatiotéléporteur, je me dirigeais vers le guichet de transfert pour la planète HJ1281KU4, Terra#5.


« Bonjour, une personne, s’il vous plaît, demandais-je au droïde chargé des entrées. Il scanna une de mes rétines.

— Transfert autorisé. Veuillez avancer jusqu’au portail. Merci d’avoir choisi la société New-Gate pour votre voyage extra-stellaire ! »

New-Gate était la société principale des voyages dans l’espace par téléportation, il y avait bien sûr quelques concurrents low cost, mais aucun n’avait jamais pu offrir une telle sécurité de transport dans cette technologie à risque. Si une déficience se produisait lors du trajet, la dissolution de l’être est totale, dispersant la moindre molécule dans l’infinie de l’univers. Heureusement, ce genre d’accident ne s’était produit qu’au début de l’exploitation de cette forme de transport cela faisait plusieurs centaines d’année qu’aucuns accidents ne s’étaient produit.

J’avançais au centre du portail qui n’était pas plus grand qu’une porte d’appartement et regardais le scanner face à moi.


La lumière rouge me balaya.


Des étincelles et des arcs électriques apparurent d’un coup, alors que mes molécules commençaient à se séparer, je vis le droïde de sécurité appuyer comme un fou sur l’arrêt d’urgence, puis… 


Plus rien !

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Minoa
Relus et réécris
Portrait de Philippa Chevallier
Très bons clins d’œil
C’est très fluide et dynamique
Le côté quotidien est toujours une valeur sûre