Chapitre 1 : Félicitations ! | 404factory
Comment se débarrasser de sa montre démon ?

Chapitre 1 : Félicitations !

Ding Dong

La sonnette retentit dans le petit appartement. Alice interrompt ses révisions, se lève de son bureau et va ouvrir la porte.

— Félicitations ! Vous êtes l’heureux gagnant de notre concours !

L’homme qui vient de s’exclamer se tient droit devant la porte, les mains croisées dans son dos et le sourire aux lèvres. Il a une veste noire, une chemise blanche, un pantalon noir et des chaussures en cuir. Alice juge que c’est certainement un démarcheur, et qu’il essaie de ruser pour qu’elle signe un contrat quelconque. Les gars comme lui passent régulièrement dans sa résidence, elle ne va pas se laisser pas berner.

— Ah sympa, répond Alice d’un ton faussement enjoué, j’ai gagné quoi en fait ?

L’homme en costume, tout sourire, retrousse sa manche droite et présente son bras. Il met ainsi en évidence la montre à son poignet, au goût approximatif. Son cadran est décoré avec de petits crocs, formant une sorte de bouche, et les aiguilles sont attachées à un œil central, créant un gadget inutile qu’Alice n’oserait jamais porter en public.

— Cette montre démon vous ira à merveille ! clame le démarcheur. Un accessoire rarissime et utile dans de nombreuses circonstances…

— Ça ne m’intéresse pas, le coupe Alice, au revoir monsieur.

Alors qu’elle s’apprête à refermer la porte, l’homme à la montre intervient :

— Un instant ! C’est gratuit, essayez-la et si elle ne vous va pas je repars avec.

Alice hésite. Elle trouve cette montre horrible, elle ne s’en servira jamais, mais refuser un cadeau va à l’encontre de l’instinct humain. Au pire elle la refilera à quelqu’un d’autre.

— Je n’ai pas besoin de signer ou d’acheter quoi que ce soit ? demande l’étudiante.

— Non, assure le démarcheur, c’est gratuit, ce cadeau fait partie d’une campagne publicitaire. Je ne demande aucune contrepartie. Par contre je me suis blessé le pouce récemment, est-ce que vous pouvez m’aider à l’ôter s’il vous plaît ?

— Bon, très bien alors.

Alice desserre le fermoir de la montre, la fait passer le long de la main du démarcheur et la resserre autour de son propre poignet. C’est hideux.

Aussitôt, l’homme détale. Tout en courant, il pousse un cri de joie :

— Libre ! Enfin ! Je suis libre !

Envie de faire une pause,
ou d’être averti des updates ?

Encourage l’auteur en lui laissant un like ou un commentaire !

Portrait de Anonyme
Portrait de Œdice Kaouenn
Oups... :'D
(Attention, tu as un petit "répondit" qui t'a échappé ;))
Portrait de Vincent Zen
Ah oui, encore l'habitude d'écrire au passé ;)